Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Adolescente tondue à Besançon : sa famille sera expulsée après avoir été jugée, assure Gérald Darmanin

-
Par , France Bleu Besançon, France Bleu

La famille de l'adolescente, soupçonnée de l'avoir tondue et frappée à Besançon la semaine dernière, sera expulsée après son passage au tribunal en octobre. Déclaration de Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur ce dimanche sur Twitter.

Le ministre de l'Intérieur a demandé des "sanctions sévères" vendredi dernier.
Le ministre de l'Intérieur a demandé des "sanctions sévères" vendredi dernier. © Radio France - Anthony Michel

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin promet que la famille de l'adolescente tondue et frappée à Besançon en début de semaine sera expulsée. Une mesure d'expulsion après leur jugement en octobre prochain devant le tribunal de Besançon. Les parents, l'oncle et la tante sont soupçonnés d'avoir roué de coups la jeune fille de 17 ans, parce qu'elle voulait se marier avec son petit ami chrétien, d'origine serbe. Ils auraient aussi tondu ses cheveux. 

Pas d'expulsion pour le moment 

Pour Gérald Darmanin, "dès la fin de la procédure judiciaire, ils seront reconduits à la frontière, car ils  n'ont rien à faire sur le sol national", a tweeté le ministre, qui s'exprime pour la deuxième fois sur cette affaire. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Samedi, le secrétaire général de la préfecture, Jean-Philippe Setbon avait indiqué, en parlant des parents "qu'il fallait attendre le jugement pour négocier un éloignement". Il a précisé que la jeune fille, sous protection judiciaire dans une structure adaptée, ne sera pas concernée par cette mesure. L'oncle et la tante, arrivés en France en 2016, bénéficient eux d'un statut de réfugiés. Un statut qui pourrait leur être retiré "vu leur implication, en fonction du jugement", a ajouté le secrétaire général.

Les quatre mis en cause ont été placés jeudi sous contrôle judiciaire, ils ne peuvent pas donc pas être expulsés pour le moment car ils doivent répondre aux demandes de la justice française. Ils sont poursuivis pour "violences sur mineur en présence de mineurs et en réunion", deux circonstances aggravantes.

Ils devaient quitter Besançon avant le confinement

Avant ce déchaînement de violences, la famille devait retourner en Bosnie-Herzégovine, après avoir été déboutée de sa demande de droit d'asile. Mais les frontières de la  Bosnie-Herzégovine ont été fermées, à cause du coronavirus. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess