Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Des milliers d'internautes se mobilisent pour racheter le château poitevin de la Mothe-Chandeniers

vendredi 3 novembre 2017 à 17:08 - Mis à jour le vendredi 3 novembre 2017 à 19:15 Par Margot Delpierre, France Bleu Poitou et France Bleu

La campagne de financement participatif a du succès. Des milliers d'internautes du monde entier se mobilisent pour racheter le féerique château de la Mothe-Chandeniers, situé aux Trois-Moutiers (dans le nord de la Vienne). Un château du XIXe siècle, entouré d'eau et envahi par la végétation.

La cagnotte collective organisée sur internet a déjà séduit plus de 4.000 internautes
La cagnotte collective organisée sur internet a déjà séduit plus de 4.000 internautes - Capture d'écran www.dartagnans.fr

Les Trois-Moutiers, France

En un mois, plus de 303.700 euros ont déjà été récoltés sur un objectif total de 500.000 euros. Le projet est un succès pour l'instant et cela fait le bonheur de l'association des Amis du château. "Ce château, je l'ai connu quand j'avais douze ans, raconte la vice-présidente Julie Texier, qui a grandit dans le Poitou. J'en suis tombée amoureuse et le voir dépérir était un vrai crève-cœur pour moi. C'est aussi un rêve de pouvoir acquérir une petite part d'un château, donc pour ceux comme moi qui n'ont pas un budget extensible, c'est l'occasion de s'acheter un petit bout de patrimoine".

Comment devenir copropriétaire ?

Pour être copropriétaire, il faut d'abord donner cinquante euros minimum. Si l'objectif de 500.000 euros est atteint, alors le donateur pourra verser un euro symbolique supplémentaire pour acheter une part dans la SAS, la société par action simplifiée qui sera créée et qui prendra en charge la plupart des dépenses, une fois la majestueuse bâtisse rachetée.

Les organisateurs veulent rassurer les futurs acheteurs : l'engagement financier des internautes restera très faible. "Il n'y a pas une responsabilité financière mais une responsabilité morale que de continuer à soutenir le château, explique Julien Marquis, fondateur de l'association Adopte un château, qui s'occupe avec le site Dartagnans de la campagne. Nous, on a déjà l'expertise de savoir ce qu'il faut faire de ce genre de site, c'est déjà une sécurité. Les gens ne paieront pas pendant des années les travaux du château. Ils pourront le faire s'ils le souhaitent [...] mais ce ne sera absolument pas de façon imposée".

"C'est un peu le symbole des châteaux en péril. ll a été sur-médiatisé par les amoureux des belles ruines romantiques. On s'est dit que s'il y en avait un à sauver en France, c'était celui-ci. - Julien Marquis, fondateur d'Adopte un château

Parmi les nombreux donateurs, dont des étrangers (chinois, russes, américains, québécois, argentins...), il y en a un très populaire en France : l'animateur Stéphane Bern, également chargé de mission par l'Elysée pour recenser le patrimoine en péril et trouver des solutions financières novatrices. "C'est l'idée qui m'a séduit. Je trouve tout à fait normal de payer mon obole et de participer au sauvetage d'urgence de ce château. Quand je vois ces jeunes de Dartagnans et d'Adopte un château qui se mobilisent pour sauver un joyau du patrimoine, qui trouvent une solution novatrice [...] je trouve que c'est une formidable initiative qu'on a envie d'encourager".

"Le patrimoine appartient à tout le monde. Nous n'en sommes pas les propriétaires du reste, nous en sommes les gardiens. On a une responsabilité vis-à-vis de ce patrimoine à l'abandon. - Stéphane Bern