Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Aéroport de Mérignac : 500 euros d'amende avec sursis pour les 7 militants qui avaient marché sur le tarmac

-
Par , France Bleu Gironde

Les 7 militants écologistes qui avaient marché illégalement sur le tarmac de l'aéroport de Mérignac le 3 octobre dernier ont été condamnés ce lundi par le tribunal correctionnel de Bordeaux à 500 euros d'amende avec sursis. Ils dénonçaient l'impact du trafic aérien sur le réchauffement climatique.

Les 7 prévenus avec leur avocat
Les 7 prévenus avec leur avocat © Radio France - Antoine Jeuffin

Le tribunal correctionnel de Bordeaux a condamné ce lundi à 500 euros d'amende avec sursis les 7 militants écologistes qui avaient marché illégalement sur le tarmac de l'aéroport de Mérignac, le 3 octobre 2020. Ils avaient déployé une banderole sur la piste principale pendant quelques minutes pour demander l'arrêt du trafic aérien, afin de protéger la planète

Dans son jugement, le tribunal estime que les militants "avaient conscience que l'intrusion était susceptible de gêner le trafic". Selon le juge, "l'état de nécessité n'est pas caractérisé, il n'y avait pas de péril immédiat" justifiant une telle action. En outre, le tribunal souhaite rappeler que "le combat climatique est susceptible de prendre d'autres formes". 

Les militants vont faire appel 

Si la justice parle d'une peine "très clémente, d'avertissement", et prend en compte le fait qu'il n'y avait pas eu de violences, de dégradations, et que les manifestants avaient obtempéré rapidement face aux forces de l'ordre, maître Sylvain Galinat, qui défend les 7 prévenus, regrette que le tribunal n'ait pas reconnu "l'état de nécessité" : "face au péril climatique, la possibilité de commettre une infraction comme ils l'ont commise doit être autorisée". 

L'avocat aurait aimé que la justice "prenne position comme on le lui avait demandé sur l'urgence climatique", et même s'il reconnaît que la peine est clémente, il va faire appel. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess