Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Meurtre d'Adrien Perez

Meurtre d'Adrien Perez : décision le 13 août sur la détention du troisième mis en examen

jeudi 9 août 2018 à 10:05 Par Delphine-Marion Boulle, France Bleu Isère et France Bleu

Mercredi matin la chambre d'instruction de Grenoble a examiné le cas d'un troisième homme, mis en examen pour violence en réunion après la mort d'Adrien Perez sur le parking d'une discothèque le 29 juillet dernier, mais laissé en liberté. Il risque un placement en détention provisoire.

 La chambre d'instruction s'est penchée sur le cas d'un jeune homme de 20 ans suspecté d'avoir pris part à la rixe ayant entraîné la mort d'Adrien Pérez le 29 juillet dernier.
La chambre d'instruction s'est penchée sur le cas d'un jeune homme de 20 ans suspecté d'avoir pris part à la rixe ayant entraîné la mort d'Adrien Pérez le 29 juillet dernier. - Maxppp

Grenoble, France

C'est “le troisième” dans l'affaire du meurtre d'Adrien Perez, le 29 juillet à Meylan. Après Younes et Yanis E. H., deux frères mis en examen l'un pour meurtre et l'autre pour tentative de meurtre, déjà en détention provisoire, ce troisième jeune homme risque lui aussi un placement en détention. Âgé de 20 ans, cet habitant de Saint-Martin-d'Hères en Isère, est lui mis en examen pour violence en réunion. La chambre de l'instruction de Grenoble doit ainsi se prononcer, après l'appel déposé par le parquet de Grenoble concernant la décision qui a autorisé la liberté sous contrôle judiciaire de ce dernier. 

La vidéosurveillance au cœur des débats

Mercredi matin, alors qu'une marche blanche devait se tenir dans Grenoble plus tard dans la journée en mémoire d'Adrien, les magistrats ont entendu l'avocat du troisième jeune homme et celui de la partie civile. Les débats se sont d'ailleurs attardé sur son rôle dans la bagarre : "On voit sur la vidéo mais surtout à travers les témoignages des protagonistes, qu'il n'est pas intervenu de manière violente et n'a blessé personne" explique son conseil, Bernard Ripert. 

Pourtant, en retraçant les faits, la juge évoque la présence de ce troisième homme, reconnaissable à ses cheveux décolorés sur la vidéo. Il aurait frappé des amis d'Adrien Perez qui s'en prenaient aux frères Younes et Yanis E. H., avant de retourner à sa voiture. 

L'un des catalyseurs qui aboutit au drame 

Sa participation, Denis Dreyfus, l'avocat des parties civiles, n'en doute pas. Pour lui, la présence de ce jeune homme aux côtés des deux autres présumés coupables justifie sa participation au drame et signifie qu'il a une responsabilité identique : "C'est une scène unique de violence. Elle se déroule en une minute pour arriver à un désastre. Celui qui participe, sans couteau, à cette bagarre va affaiblir le groupe des victimes, il est aussi à sa façon l'un des catalyseurs qui aboutit au drame." 

L'avocat des parties civiles l'accuse d'avoir porté des coups sur deux victimes ainsi que d'avoir bousculé une jeune fille du groupe d'Adrien Perez. Pour lui, il ne peut pas y avoir d'autre décision que le placement en détention. 

“Laissez lui la possibilité de construire son avenir” – Maître Ripert, avocat du jeune homme 

Cette décision "détruirait" la vie de son client, estime Bernard Ripert. Devant la chambre d'instruction, il a dressé le portrait d'un jeune homme sans antécédents judiciaires, venant de décrocher son bac et ayant des projets d'avenir : il doit notamment intégrer une école de commerce à la rentrée. "Il perdrait tout ! Sa place dans une école privée de commerce, son logement sur place. Il perdrait ses chances de réinsertion" a souligné l'avocat avant de s'adresser aux juges : "Laissez lui la possibilité de construire son avenir, d'évoluer dans la société. Ne brisez pas sa jeune existence !"

La chambre d'instruction doit rendre sa décision lundi 13 août.