Faits divers – Justice DOSSIER : L'affaire Alexandre Junca

Affaire Alexandre Junca : les chefs d'accusation revus à la baisse

Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn mercredi 23 juillet 2014 à 6:00

Arrivée au tribunal de Pau des suspects de l'affaire Alexandre Junca en avril 2013
Arrivée au tribunal de Pau des suspects de l'affaire Alexandre Junca en avril 2013 © Maxppp

Nouveau rebondissement dans l'affaire Alexandre Junca. Un mois après la reconstitution organisée dans les rues de Pau pour vérifier les déclarations des mis en examen, la juge d'instruction a annoncé hier mardi revoir leurs chefs d'accusation à la baisse.

Surprenante décision de la juge d'instruction : Mickael Baerhel, le principal suspect dans le meurtre d'Alexandre Junca, et Christophe Camy, qui a reconnu être à l'origine de l'agression de l'adolescent pour lui voler son téléphone portable, ne sont plus soupçonnés d'"assassinat avec actes de torture et de barbarie " et "séquestration en bande organisée d'un mineur de moins de quinze ans " mais de "coups ayant entraîné la mort ".

Après trois ans d'enquête, la juge d'instruction estime que le dossier ne permet pas d'établir une mise en accusation plus large.

S'ils étaient jugés aujourd'hui par une cour d'assises, les deux suspects risqueraient toujours, avec ce nouveau chef d'accusation, la prison à perpétuité, avec 22 ans incompressibles.

Claude Ducos, ce retraité de Cabidos de 76 ans, est lui désormais poursuivi pour "recel et atteinte à l'intégrité d'un cadavre ", "non dénonciation de crime et modification de l'état des lieux d'un crime ". Fatima Ennajah, 48 ans, ex-compagne du principal suspect, devra elle répondre de "complicité de recel de cadavre et non dénonciation de crime ". Les requalifications pénales obligent la justice à libérer Claude Ducos et Fatima Ennajah, placés en détention provisoire dans l'attente d'un procès depuis déjà un an et trois mois. S'ils étaient jugés aujourd'hui, ils ne risqueraient que cinq ans de prison ferme.

Pour les avocates des parties civiles, cette requalification sera "très difficile à vivre" pour les parents d'Alexandre.

Maitre Emmanuelle Leverbe, l'avocate du père d'Alexandre Junca

Maitre Pierrette Maza, l'avocate de la mère d'Alexandre.

A gauche : Maitre Emmanuelle Leverbe l'avocate du père d'Alexandre Junca. De dos : Maitre Pierrette Maza, l'avocate de la mère  - Radio France
A gauche : Maitre Emmanuelle Leverbe l'avocate du père d'Alexandre Junca. De dos : Maitre Pierrette Maza, l'avocate de la mère © Radio France - Daniel Corsand

Alexandre Junca avait disparu dans la soirée du 4 juin 2011, près de chez son père dans le quartier des Halles de Pau. Son corps, démembré, avait été retrouvé en plusieurs étapes en juin et octobre 2011 dans différents endroits de la ville.

► Retrouvez notre dossier sur l'affaire Alexandre Junca