Faits divers – Justice DOSSIER : L'affaire Alexandre Junca

Affaire Alexandre Junca : trois ans de prison requis en appel contre Claude Ducos

Par Olivier Uguen et Daniel Corsand, France Bleu Béarn vendredi 16 décembre 2016 à 11:37 Mis à jour le vendredi 16 décembre 2016 à 12:08

Claude Ducos au 1er jour du procès en appel de l'affaire Alexandre à Mont-de-Marsan
Claude Ducos au 1er jour du procès en appel de l'affaire Alexandre à Mont-de-Marsan © Radio France - Daniel Corsand

Trois ans de prison ont été requis ce vendredi matin à l’encontre de Claude Ducos dans le cadre de l’affaire Alexandre Junca. Le retraité de Cabidos est rejugé en appel depuis ce mercredi par la cour d'assises des Landes. Il avait déjà été condamné à trois ans en première instance, en juin.

Dernier jour du procès en appel de Claude Ducos dans l'affaire Alexandre Junca, ce collégien de 13 ans, tué puis démembré en 2011 à Pau. Seul condamné à avoir fait appel du verdict prononcé en juin dernier, Claude Ducos est rejugé depuis ce mercredi devant les assises des Landes, à Mont-de-Marsan.

Ce vendredi matin, le procureur Jean-Christophe Muller a requis la même peine qu'en première instance, au mois de juin à Pau : trois ans de prison pour recel et atteinte à l'intégrité d'un cadavre, non dénonciation de crime, et modification de preuves. La peine maximale possible.

L'avocat général a également demandé la suppression de ses droits civiques, civils et de famille pendant cinq ans.

"Que la justice achève aujourd'hui un calvaire de 5 ans, 6 mois et 12 jours"

Jean-Christophe Muller l'a dit : l'atrocité des faits est sans commune mesure avec ce que prévoit la loi. Comme pour dire qu'il faut bien faire avec ce code pénal. Mais il ajoute : il faut que Claude Ducos porte cette condamnation. Et qu'il porte les mots qu'elle contient aussi longtemps qu'il vivra.

Il a beaucoup été question de temps ce vendredi matin, avec les avocats des parents d'Alexandre. Deux plaidoiries chocs de Maître Leverbe et Maître Maza qui ont parlé de la douleur de n'avoir pas entendu la vérité lors de ce procès. "Que la justice achève aujourd'hui un calvaire de 5 ans, 6 mois et 12 jours".

Le procureur a parlé de ce "pacte" entre Ducos et Baehrel qui empêche encore de la connaitre cette vérité. "Il y en a qui grave des cœurs sur les arbres, et il y en a qui font ce genre de pacte". Ducos ment "comme on danse le tango : un pas en avant, un en arrière et même un peu sur le côté". Maître Mazza utilisera elle aussi la métaphore de la danse mais dans un registre beaucoup moins badin en parlant "de ce corps à corps sordide entre un enfant mort et ce vieillard acharné".

Verdict attendu ce vendredi après-midi.

Maître Leverbe et Maître Maza - Radio France
Maître Leverbe et Maître Maza © Radio France - Daniel Corsand

A LIRE AUSSI

Procès en appel de l'affaire Alexandre : la parole aux parents, avec douleur et dignité

Affaire Alexandre : l'insoutenable exposé des médecins légistes

Affaire Alexandre : le chasseur traqué au 1er jour du procès en appel