Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice
Dossier : Meurtre d'Alexia Daval

Affaire Alexia Daval : "Ce n'est pas un féminicide" selon l'avocat de Jonathann

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Besançon, France Bleu

L'un des avocats de Jonathann Daval a réagi ce mardi suite à la parution de la seconde expertise psychiatrique dans le journal Le Point. Pour Me Randall Schwerdorffer, l'affaire Daval n'est pas un féminicide. Il va même jusqu'à poser la question d'une affaire Jacqueline Sauvage bis.

Randall Schwerdorffer est l'un des avocats de Jonathann Daval
Randall Schwerdorffer est l'un des avocats de Jonathann Daval © Maxppp - Ludovic LAUDE

Gray, France

Après la parution dans le journal Le Point de la seconde expertise psychiatrique, l'un des avocats de Jonathann Daval, Maître Randall Schwerdorffer réagit ce mardi. "L'affaire Daval n'est pas un féminicide. Alexia Daval n'a pas trouvé la mort parce qu'elle était une femme", a affirmé l'avocat. Pour lui, il s'agit plutôt d'un homicide. 

Jonathann Daval, victime de violences conjugales ? 

Dans l'expertise, le jeune homme explique aussi au psychiatre que sa femme le frappait, l'insultait régulièrement. Elle lui aurait même cassé une côte. 

Il donne également également des précisions sur les circonstances de son meurtre dans la nuit du 27 au 28 octobre 2017. Le jeune homme affirme qu'Alexia l'a frappé et qu'il se serait défendu en l'étranglant, parce qu'il "voulait qu'elle se taise".

La question de la légitime défense, une potentielle ligne de défense

Peut-être victime de violences conjugales, Jonathann Daval a-t-il agi en état de légitime défense ? Me Randall Schwerdorffer pose la question. Il pousse la comparaison avec l'affaire Jacqueline Sauvage, cette femme condamnée pour le meurtre de son mari violent, mais graciée par le président de la République François Hollande, en 2016. 

"Est-ce que l'affaire Jonathann Daval est une nouvelle affaire Jacqueline Sauvage au masculin ? C'est possible", dit l'avocat. Voilà peut-être l'une des lignes de défense de l'avocat : défendre l'idée que Jonathann Daval est bien une victime dans ce dossier, et qu'il aurait tué sa femme pour se protéger. 

Pour lui, les violences psychologiques et physiques évoquées par Jonathann Daval justifient cette hypothèse : "Aujourd'hui, lorsqu'on parle d'homme battu, on a l'impression qu'on est dans une société où ça n'existe pas, ou ce n'est pas possible. Est ce que l'affaire Jonathann Daval fait partie de ces procès-là, il n'y aura qu'au procès qu'on le découvrira pleinement." Le procès est prévu pour le printemps 2020. 

La réaction de Randall Schwerdorffer, l'un des avocats de Jonathann Daval après la parution de la seconde expertise psychiatrique de son client

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu