Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Meurtre d'Alexia Daval

Affaire Alexia Daval : le beau-frère de Jonathann répond aux accusations

jeudi 12 juillet 2018 à 11:38 Par Rachel Noël, France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu Besançon, France Bleu Bourgogne et France Bleu

Grégory Gay, le beau-frère de Jonathann Daval estime que celui-ci a bénéficié de complicités. Dans un entretien accordé à BFMTV , jeudi 12 juillet, il se dit aussi ahuri et consterné par les accusations à son encontre.

La famille d'Alexia Daval a été reçu par le juge d'instruction le 4 juillet
La famille d'Alexia Daval a été reçu par le juge d'instruction le 4 juillet © Maxppp - LudovicLAUDE/PHOTOPQR

Gray, France

Accusé par son beau-frère Jonathann d’avoir étranglé Alexia, Grégory Gay réagit ce jeudi 12 juillet dans un entretien accordé à BFM TV. Il estime que Jonathann Daval l’accuse pour se défendre. Il se dit aussi persuadé que Jonathann a bénéficié de complicités.

Alexia Daval a été tuée le 30 octobre 2017 à Gray en Haute-Saône. Son époux, placé en garde à vue, a d’abord avoué en février. Il s'est rétracté quatre mois plus tard, évoquant un « complot » familial devant le juge d'instruction de Besançon.

Accusé par jalousie

Grégory Gray avance plusieurs hypothèses pour expliquer les accusations de son beau-frère. Il estime que Jonathann lui en veut peut-être car il est aujourd’hui le seul gendre de la famille Fouillot. 

Il pense aussi qu’il n’a pas apprécié les déclarations qu’il a faites dans ses PV d’auditions aux enquêteurs.

«J’ai compris qu’il a pu avoir accès à mes PV d’auditions auprès des enquêteurs, il a donc pu en voir le contenu (…) peut-être qu’il y a vu quelque chose qui lui a fait peur. Peut-être que j’étais sur la bonne voie dans mes hypothèses, et c’est pour ça qu’il a voulu me charger".

Il y a un complice quelque part. Grégory Gay est persuadé que son beau-frère a bénéficié de complicités. C’est d’ailleurs la ligne mis en avant par les avocats depuis que Jonathann est passé aux aveux. Difficile d’imaginer que celui a pu brûler le corps sans avoir un complice.

Dans tous ses aveux, il y a une constante : il ne nous dit pas qu’il a brûlé le corps. Ce qui laisse entendre qu’il y a forcément quelqu’un qui l’a fait, ce qui laisse sous-entendre qu’il y a un complice quelque part.

Grégory Gay dénonce aussi les «fuites odieuses» dans la presse après l’audition de Jonathann Daval par le juge d’instruction.

A lire - L'affaire Alexia Daval