Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

Affaire Alexis Kohler : tout comprendre au dossier qui embarrasse l'Elysée

- Mis à jour le -
Par , France Bleu, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Les juges d'instruction vont reprendre les investigations visant le secrétaire général de l'Elysée Alexis Kohler, soupçonné de conflits d'intérêts en raison de ses liens avec l'armateur MSC. Mardi, Mediapart a publié une note laissant entendre qu'Emmanuel Macron aurait protégé son collaborateur.

Emmanuel Macron, alors ministre de l'Economie, et Alexis Kohler à Matignon en 2015.
Emmanuel Macron, alors ministre de l'Economie, et Alexis Kohler à Matignon en 2015. © Maxppp - Christophe Morin / IP3

Des juges d'instruction vont reprendre les investigations visant le secrétaire général de l'Élysée, Alexis Kohler, soupçonné de conflits d'intérêts en raison de ses liens avec l'armateur italo-suisse MSC, à la demande de l'association anticorruption Anticor, a appris mercredi l'AFP de sources concordantes. L'enquête avait été classée sans suite en 2019, après qu'Emmanuel Macron a écrit au parquet national financier (PNF) pour soutenir son collaborateur, a révélé mardi le site d'information Mediapart.

Qu'est-ce que l'affaire Alexis Kohler ? De quoi est-il accusé ? Pourquoi la publication, par Mediapart, d'une note rédigée par Emmanuel Macron suscite-t-elle des interrogations et embarrasse l'Elysée ? France Bleu fait le point.

Qu'est-il reproché à Alexis Kohler ?

En 2018, l'ancien directeur de cabinet du ministre de l'Économie Emmanuel Macron et actuel secrétaire général de l'Élysée, Alexis Kohler, est accusé par l'association anticorruption Anticor d'avoir dissimulé ses liens familiaux avec l’armateur MSC, fondé et dirigé par les cousins de sa mère, et dont il était devenu en 2016 directeur financier de la filiale croisières. 

A l'époque, le bras droit du chef de l'Etat affirme à Mediapart s’être systématiquement mis à l’écart des négociations quand des dossiers concernant MSC étaient traités afin d’éviter tout conflit d’intérêts. Mais des procès-verbaux du conseil du surveillance du Grand Port maritime du Havre (GPMH) publiés sur le site d'information mentionnent qu’il a participé aux délibérations concernant l’attribution de futurs contrats entre le Grand Port du Havre et une filiale française du groupe MSC.

En juin 2018, le parquet national financier (PNF) ouvre une enquête pour prise illégale d'intérêts. L'affaire est finalement classée sans suite en août 2019, le PNF estimant que l'enquête "ne permet pas de caractériser les infractions initialement suspectées".

Qu'a révélé Mediapart ?

Nouveau rebondissement mardi. Mediapart révèle qu'Emmanuel Macron avait à l'époque adressé aux enquêteurs une note dans laquelle il assurait que son collaborateur n'était jamais intervenu dans des dossiers liés à MSC du temps de leur passage au ministère de l'Économie. Dans ce document, daté du 1er juillet 2019, le chef de l'Etat dédouane Alexis Kohler des soupçons le visant en écrivant qu'il était "déjà informé de (ses) liens familiaux" avec les actionnaires de contrôle de MSC lorsqu'il l'a nommé directeur de cabinet à Bercy en 2014. Il ajoute que son collaborateur n'est ensuite pas intervenu dans des dossiers liés à l'armateur italo-suisse.

Pourquoi la note fournie au dossier par Emmanuel Macron suscite des interrogations ?

Peut-on en déduire que président de la République a empiété sur le pouvoir judiciaire en intervenant en faveur d'Alexis Kohler ? C'est en tout cas ce que dénonce l'opposition qui l'accuse d'atteinte à la séparation des pouvoirs. "On se pose des questions sur la relation entre justice et politique", s'est ému le député LFI Bastien Lachaud, alors que le responsable du RN David Rachline a raillé "un nouveau monde (qui) ressemble étrangement à l'ancien".

"N'importe quel employeur écrirait ce type de lettre à l'égard de n'importe quel employé, cela ne poserait pas de problème. Mais Emmanuel Macron n'est pas n'importe quel employeur",  a commenté Jean-Philippe Derosier, professeur de droit public à l'université de Lille, sur franceinfo. "Il est garant de l'indépendance de l'autorité judiciaire, il ne peut pas se permettre de faire n'importe quoi" a-t-il ajouté évoquant "une faute symbolique et politique". 

Que répond l'Elysée ?

Les proches du chef de l'État contestent, eux, "toute intervention dans le cours d'une procédure". "En aucun cas, le président de la République, qui est le garant de l'indépendance de la justice, n'intervient dans le cours d'une procédure judiciaire engagée", a martelé mercredi la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye. Emmanuel Macron "considère que ne pas verser ce document aurait été priver (Alexis Kohler) d'un exercice normal et légitime de ses droits de la défense", a-t-elle détaillé. "C'est dans ce cadre (...) qu'Emmanuel Macron a effectué une note factuelle portant sur l'exercice par Alexis Kohler de ses fonctions au sein du ministère de l'Economie", a-t-elle ajouté en soulignant qu'il l'a fait "ès qualités d'ancien ministre de l'Economie et donc supérieur hiérarchique d'Alexis Kohler", et que le courrier a été rédigé sur un document libre, "sans en-tête de la présidence de la République".

Le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, a pour sa part appelé à "ne pas confondre la séparation des pouvoirs, qui est une règle absolue qui fait que le législatif, l'exécutif et l'autorité judiciaire doivent avoir des vies distinctes, ne pas peser les uns sur les autres, et une sorte d'attestation d'employeur".

Qui est Alexis Kohler ?
Qui est Alexis Kohler ? © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu