Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Affaire Anaïs Guillaume

Affaire Anaïs Guillaume : le procès de Philippe Gillet s’ouvre ce lundi devant la cour d’assises des Ardennes

lundi 25 mars 2019 à 5:31 Par Philippe Rey-Gorez, France Bleu Champagne-Ardenne et France Bleu

Un agriculteur ardennais accusé d'avoir tué son épouse, puis sa maîtresse : le procès de Philippe Gillet s'ouvre ce matin à Charleville-Mézières. Cet agriculteur de Fromy comparaît pour assassinat et violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner.

Anaïs Guillaume
Anaïs Guillaume © Radio France - Gendarmerie Nationale

Ardennes, France

Philippe Gillet, 45 ans, agriculteur à Fromy, près de Carignan, comparait à partir de ce lundi devant la cour d’assises des Ardennes, à Charleville-Mézières. Il a été mis en examen et incarcéré en 2016. Il est accusé d’assassinat et violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. 

Il répond d’assassinat, c'est-à-dire du meurtre avec préméditation d’Anaïs Guillaume. Cette jeune fille de 21 ans, qui était sa maîtresse, a disparu en avril 2013. Son corps n'a jamais été retrouvé. 

Fouilles en 2015 - Maxppp
Fouilles en 2015 © Maxppp - Aurélien Laudy

Philippe Gillet est aussi accusé d'avoir tué son épouse, Céline Gillet, en janvier 2012. Il a toujours clamé son innocence pour ces deux affaires. Son avocat, Maître Fay, dénonce une instruction menée uniquement à charge.  

Pas de corps, pas d’aveu  

Le 16 avril 2013, Anaïs Guillaume quitte le domicile de ses parents à Blagny, et retrouve Philippe Gillet chez des amis. Tous deux repartent en soirée pour le domicile de Philippe Gillet, à Margut. Lui dit qu'ils se sont couchés mais en se réveillant, à 4h30 du matin, il constate qu'elle n'est plus là. Le père d'Anaïs signale à la gendarmerie la disparition le 19 avril. Le 20 avril, la voiture de la jeune femme est découverte brûlée et sans plaque d'immatriculation dans un bois, en Belgique, à une quinzaine de  kilomètres. Des recherches très importantes sont menées, sans succès.  

Fabrice Guillaume, le père d’Anaïs, dans le bois où la voiture a été découverte - Maxppp
Fabrice Guillaume, le père d’Anaïs, dans le bois où la voiture a été découverte © Maxppp - Karen Kubena

Une version remise en cause

D'abord, des témoins indiquent que  les relations entre Philippe Gillet et Anaïs Guillaume étaient tumultueuses. Il est décrit comme un homme à femmes, multipliant les conquêtes, mais aussi extrêmement jaloux et capable de violences. Des amis d'Anaïs disent avoir vu des traces de coups sur la jeune  femme. D'après eux, elle lui avait annoncé son intention de le quitter et avait même déjà commencé à fréquenter un autre homme. Les experts psychiatres et psychologues le décrivent, eux, comme « égocentrique », et éprouvant « un besoin de toute puissance ». Autre élément mis en avant par l'accusation : le téléphone portable d'Anaïs a borné peu avant 5 h du matin, dans un rayon de cinq kilomètres autour du domicile de Gillet. D'après l'expertise, il aurait lui-même envoyé des SMS depuis ce portable, ou depuis la carte Sim, vers le sien, pour faire croire à un échange. Il y a aussi ces sacs de chaux qu'il a achetés, ou encore l'utilisation d'une remorque la nuit de la disparition. Peut-être pour amener la voiture en Belgique et revenir…  Mais c'est vrai, il n’y a pas de témoin direct, et malgré des fouilles importantes, aucune trace du corps d'Anaïs Guillaume n'a jamais été trouvée. 

Philippe Gillet, lors de fouilles sur un de ses terrains - Maxppp
Philippe Gillet, lors de fouilles sur un de ses terrains © Maxppp - Karen Kubena

L'avocat de la défense Maître Fay estime que la piste d'une fugue ou d'une fuite d'Anaïs Guillaume est possible, mais n'a jamais été explorée.    

Tuée par une vache, ou victime des coups de son mari ?  

La seconde affaire concerne la mort, en janvier 2012, de Céline Gillet, l'épouse de l'agriculture, âgée de 34 ans : écrasée par une vache, qui a glissé et  lui a donné des coups de sabots, coincée sous l'animal pendant un quart d'heure. Quand Philippe Gillet arrive enfin à dégager la vache, son épouse est inconsciente. Il la porte un peu plus loin et appelle les secours. Voilà la version donnée par l'agriculteur. Céline Gillet décède quelques jours plus tard. Comme elle en avait exprimé le souhait, elle est incinérée peu après. 

C'est en travaillant sur l'affaire Anais Guillaume que les enquêteurs s'intéressent à cet accident, et une enquête est ouverte. Contrairement à ce que prétend Gillet, le couple s'entendait très mal. D'après des proches, elle ne supportait pas les infidélités de son époux volage, prenait des anti dépresseurs, et avait l'intention de divorcer. Lors d'une reconstitution, un expert vétérinaire conclu que le récit de Gillet ne tient pas : la vache n'aurait pas pu tomber comme indiqué, et de toute façon, elle aurait dû être blessée. Quant aux blessures constatées par un médecin sur la victime, notamment à la tête, elle ne correspondant pas non plus, estime un autre expert.  Pour l'accusation,  Céline Gillet a été frappée par son mari, qui a ensuite simulé un accident.