Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice
Dossier : Affaire Anaïs Guillaume

Affaire Anaïs Guillaume : les ossements retrouvés dans les Ardennes sont ceux de la femme disparue en 2013

Le squelette humain découvert en début de semaine dans les Ardennes est bien celui de la jeune femme disparue en 2013. Information confirmée par le père d'Anaïs Guillaume ce vendredi midi.

Anaïs Guillaume
Anaïs Guillaume © Radio France - Gendarmerie Nationale

Fromy, France

Les ossements retrouvés mardi à Fromy dans les Ardennes sont bien ceux d'Anaïs Guillaume. Une information confirmée par le père de la victime à France Bleu Champagne-Ardenne. "Oui c'est bien elle, nous avons eu la confirmation de la part des enquêteurs", affirme Fabrice Guillaume.

"On va pouvoir faire dignement le deuil d’Anaïs avec sa famille et ses amis" - Fabrice Guillaume, père d’Anaïs.

C'est ce jeudi 31 octobre au soir que la famille d’Anaïs a été mise au courant de l'origine des ossements par la section de recherche de Reims. "Dès que j'ai appris la découverte mardi, j'étais persuadé que c'était Anaïs. On attendait quand même les résultats des analyses pour être sûr que ce n'était pas un animal" raconte le père de famille, sous l'émotion.

Un lieu déjà fouillé en 2015 mais pas creusé 

Six ans après sa disparition, en 2013, ses ossements ont été découverts, sous un tas de fumier, sur un terrain apprenant à Philippe Gillet. L'agriculteur ardennais a été condamné il y a quelques mois à 22 ans de réclusion pour le meurtre d'Anaïs Guillaume. Les analyses étaient confiées à l'institut de recherche criminelle de la Gendarmerie nationale à Cergy-Pontoise.

Le volet judiciaire est également relancé puisqu'un supplément d'information a été ordonné dès mardi soir et confié à un juge d'instruction du pôle criminel de Reims.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu