Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : L'affaire Barbarin - Preynat

Affaire Barbarin : "Le cardinal est à côté de la plaque" (Parole Libérée)

Le président de l'association "La Parole Libérée" réagit après les déclarations du cardinal Barbarin, à Lourdes, ce mardi, à propos des accusations de pédophilie dans son diocèse. Pour François Devaux, elles montrent qu'il n'a pas pris conscience de la gravite de la situation et se "victimise".

Pour F.Devaux les propos de Mgr Barbarin sont "affligeants"
Pour F.Devaux les propos de Mgr Barbarin sont "affligeants" © Maxppp - .

L'affaire Preynat, du nom de ce prêtre mis en examen pour des faits de pédophilie dans le Rhône et qui a ensuite exercé sur le secteur de Roanne, est en train de prendre une dimension nationale et sociétale. Ce mardi matin, c'est le premier ministre Manuel Valls qui a demandé au cardinal Barbarin de "prendre ses responsabilités". L'archevêque de Lyon est l'objet depuis dix jours d'une enquête pour "non dénonciation de crime" et "mise en danger de la vie d'autrui". Le père Preynat a accusé d'actes pédophiles, à Sainte-Foy-Lès-Lyons, dans le Rhône, dans les années 90. Dénoncé, il a ensuite été nommé, sans sanction, en 1991, dans le Ronnais. Il y exerçait encore il y a un an, avant que le cardinal Barbarin ne le mette en retraite.

Le cardinal s'était exprimé à plusieurs reprises depuis une semaine, mais ce mardi, c'est en marge de la conférence des évêque de France, à Lourdes, qu'il a pris la parole pour répéter qu'il n'avait "jamais couvert de faits de pédophilie". Alors que l'affaire s'emballe avec des nouveaux cas et que certains posent encore la question de la démission du cardinal, le président de la Parole Libérée (association de victimes du père Preynat), François Devaux, s'exprime sur France Bleu.

FBSEL : "Comment réagissez-vous aux déclarations du cardinal Barbarin ?

François Devaux : C'est affligeant, c'est à l'image en fait de ce à quoi on se confronte depuis plusieurs mois, quelqu'un qui ne mesure pas la gravité des choses et la responsabilité qui est la sienne.

FBSEL : Dans sa déclaration, le cardinal dit "Dieu merci il y a prescription" à propos de certains faits. Qu'est-ce que ça vous inspire ?

FD : C'est une maladresse de plus. "Dieu merci il y a prescription"... Il est sur un débat judiciaire alors que nous on est sur un débat de responsabilité, de moralité. Encore une fois, cette affaire là aurait pu être traitée en un claquement de doigt depuis plusieurs décennies. Il suffisait qu'il nous dise simplement "Je me suis planté, j'ai fait une énorme connerie que de replacer un prêtre que je savais pédophile au contact d'enfants (...). Et je vais prendre les mesures pour que ça n'arrive plus". Il lui suffirait d'avoir cette sincérité, cette franchise-là pour éteindre définitivement le dossier. Plus on avance dans ce dossier, plus il s'enferme, plus il se victimise.

FBSEL : Si vous entendiez ça, vous pourriez arrêter les poursuites ?

FD : Je n'en sais rien. Il faudrait y réfléchir. Le problème, c'est qu'on est arrivés tellement loin que la confiance est fermement brisée. Il faudrait vraiment un acte très profond, très marqué, pour que je puisse lui accorder de nouveau cette confiance. C'est désolant (...) et c'est toute l'image de l'Église qui va être salie par cette affaire à mon sens.

FBSEL : Des victimes se sont-elles manifestées à votre connaissance dans le secteur de Roanne ?

FD : On a aucun élément par rapport à ça. Quand on voit le temps qu'il nous a fallu à nous pour nous révéler comme victimes, les victimes de Roanne et ses environs prendront plus de temps. Ce doit être fait par des professionnels, par des gens qui sont psychologues.

FBSEL : Ça veut dire que vous êtes convaincu qu'il y en a ?

FD : Je ne sais pas mais des psychologues professionnels nous disent que c'est très très dangereux que de remettre un pédophile au contact d'enfants. Mais vous mettez un alcoolique devant quinze bouteilles, vous prenez des risques de dingue. Vous mettez un pyromane au milieu d'une forêt, c'est inconscient. C'est foutre un diabétique au milieu d'un magasin de bonbons !"

François Devaux n'a pas du tout été rassuré par les propos du Cardinal Barbarin

Le cardinal Barbarin reste présumé innocent mais le parquet de Lyon enquête sur son attitude et sur celle d'autres personnes dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte le 4 mars.

Choix de la station

France Bleu