Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Affaire Benalla : au moment de sa suspension, Alexandre Benalla "était en Bretagne"

mardi 24 juillet 2018 à 16:45 Par Thomas Lavaud, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel et France Bleu

Au moment de sa suspension pour avoir frappé et molesté deux manifestants en marge d'une manifestation parisienne, Alexandre Benalla se trouvait en Bretagne, selon l'avocat de ce proche collaborateur d'Emmanuel Macron.

Alexandre Benalla aux côtés d'Emmanuel Macron
Alexandre Benalla aux côtés d'Emmanuel Macron © Maxppp - Stéphane Geufroi

Bretagne, France

L'affaire Alexandre Benalla continue d'agiter le gouvernement, plusieurs jours après la publication d'une vidéo montrant ce proche collaborateur d'Emmanuel Macron en train de frapper deux manifestants, en marge d'une manifestation le 1er mai dernier à Paris. 

Interrogé par France Info, Maître Laurent-Franck Lienard, l'avocat d'Alexandre Benalla explique que son client se trouvait en Bretagne au moment de sa suspension. 

Maître Laurent-Franck Lienard sur France Info : "Entre le 4 et le 19 mai [au moment de sa suspension, ndlr] Alexandre Benalla était en Bretagne" et n'a donc pas pu participer à des réunions pendant sa suspension"

"Entre le 4 et le 19 mai, Alexandre Benalla était en Bretagne et ses tickets de carte bleue le confirme, ajoute Maître Laurent-Franck Lienard. Mon client sert de fusible à ceux qui veulent viser la Présidence. Il fait l'objet d'une manœuvre politique dont il a du mal à comprendre les ressorts."

Les auditions se poursuivaient ce mardi. Après Gérard Collomb et le préfet de police de Paris lundi, Patrick Strzoda, directeur de cabinet d'Emmanuel Macron et ex-préfet de Bretagne et d'Ille-et-Vilaine devait notamment être entendu par la commission d'enquête de l'Assemblée nationale dès 16 heures 30.