Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Affaire Benalla: le médecin qui a rédigé le certificat médical du manifestant molesté reconnaît l'avoir antidaté

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Le certificat médical relevant des blessures sur le jeune homme molesté par Alexandre Benalla le 1er mai et transmis à la justice a été antidaté. C'est ce qu'indique l'avocat du manifestant confirmant une information du JDD.

Alexandre Benalla
Alexandre Benalla - Maxppp

Le certificat médical produit par un des manifestants disant avoir été molesté par Alexandre Benalla le 1er mai place de la Contrescarpe à Paris a été trafiqué.  

Selon le JDD le médecin généraliste "qui l'a délivré a admis devant la police avoir antidaté le document". Le patient "est venu me voir le 23 juillet en m'expliquant qu'il était impliqué dans l'affaire Benalla et que son avocat lui demandait une certificat médical (...). Je le reçois rapidement dans l'après-midi et je lui ai fait le certificat que vous avez" sans nouvelle consultation, a déclaré le docteur aux enquêteurs le 20 septembre, selon le procès-verbal rapporté par le JDD. 

Lors de la consultation, le médecin évaluait à six jours l'ITT du jeune homme. Le 22 juillet, l'ancien collaborateur du président Emmanuel Macron avait été mis en examen pour "violences en réunion n'ayant pas entraîné d'incapacité temporaire de travail" (ITT), sur la base des images le montrant en train de rudoyer, sans arme, un couple en marge de la manifestation du 1er Mai. 

Mais l'avocat des deux jeunes gens, qui s'étaient portés partie civile trois jours plus tard, réclamait depuis une aggravation des charges, notamment au vu des blessures supposées du jeune homme.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu