Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Affaire Benoît Nayme : le verdict du procès des meurtriers présumés de l'ingénieur stéphanois sera rendu le 10 juin

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Le procès des huits meurtriers présumés de Benoît Nayme, s'est tenu mercredi et jeudi en Angola. Le verdict sera rendu le 10 juin prochain. L'ingénieur stéphanois a été retrouvé mort en Angola en novembre 2016.

Cela fait presque deux ans que la sœur de Benoît Nayme se bat pour connaître la vérité sur sa mort.
Cela fait presque deux ans que la sœur de Benoît Nayme se bat pour connaître la vérité sur sa mort. © Radio France - Famille Nayme

Saint-Étienne, France

Plus qu'une dizaine de jours à attendre pour la famille de Benoît Nayme. Cet ingénieur stéphanois a été assassiné en novembre 2016 dans sa maison du Cabinda, une enclave angolaise aux frontières du Congo et de la République démocratique du Congo. Le procès des meurtriers présumés a eu lieu mercredi et jeudi. L'affaire a été mise en délibéré au 10 juin. 

Les huit suspects risquent la peine de mort 

Depuis mercredi, le juge a entendu les huit principaux suspects dans le meurtre de Benoît Nayme, ainsi que des témoins.  Selon maître Buffard, l'avocat de la famille de Benoit, la procureure de la République angolaise a demandé que les suspects soient reconnus coupables. Ils encourent la peine de mort, qui n'est cependant plus appliquée dans le pays.

Aucun mobile déterminé 

Benoît Nayme, 26 ans, travaillait en Angola au sein d'une entreprise française de chaudronnerie. Il avait été retrouvé mort roué de coups dans la nuit du 30 novembre 2016 dans sa maison du Cabinda. Le procès n'a pas permis de déterminer les mobiles du crime, selon maître Buffard.  

La police angolaise avait initialement envisagé l'hypothèse d'un cambriolage qui a mal tourné avant d'orienter son enquête sur la piste d'un assassinat.  Mécontente des progrès de l'enquête locale, la famille de la victime, originaire de Saint-Etienne, dans le centre de la France, s'était mobilisée auprès des autorités françaises pour accélérer la coopération judiciaire entre les deux pays. Elle avait notamment rencontré le président Emmanuel Macron.