Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Affaire Bygmalion : Philippe Briand va se pourvoir en cassation pour "faire reconnaître son intégrité"

jeudi 25 octobre 2018 à 11:12 Par Yohan Nicolas, France Bleu Touraine

La justice a confirmé ce jeudi matin le renvoi de l’ancien président, et de 12 autres protagonistes dont le président de Tours-Métropole Philippe Briand, devant le tribunal correctionnel, dans l’affaire Bygmalion. Ce dernier affirme qu'il va se pourvoir en cassation comme Sarkozy..

Philippe Briand accueille Nicolas Sarkozy à l'Escale de Saint-Cyr-sur-Loire pour le premier meeting de l'entre deux tours de la présidentielle en 2012
Philippe Briand accueille Nicolas Sarkozy à l'Escale de Saint-Cyr-sur-Loire pour le premier meeting de l'entre deux tours de la présidentielle en 2012 © Maxppp - © Maxppp - Maxppp

Saint-Cyr-sur-Loire, France

Les protagonistes de l'affaire Bygmalion, si il y a un procès un jour, ne seront pas jugés avant plusieurs mois, voire plusieurs années. A commencer par Nicolas Sarkozy et le président de Tours-Métropole, Philippe Briand, ancien trésorier de la campagne de l'ancien président de la République. L'ancien chef de l'Etat, poursuivi pour financement illégal de la campagne de 2012, a en effet décidé de se pourvoir en cassation après la décision de la Cour d'appel de Paris de le renvoyer devant le tribunal correctionnel. Dans cette affaire qui met en lumière un système de fausses factures pour cacher l'explosion non autorisée des comptes de campagne, 12 autres protagonistes ont aussi décidé de se pourvoir en cassation, notamment le Président de Tours-Métropole, Philippe Briand qui contestait lui aussi son renvoi en correctionnel. 

Il ne lâchera rien - Maître Boualem Bendjador, avocat de Philippe Briand

Philippe Briand, mis en examen dans cette affaire pour usage de faux, abus de confiance, recel d'abus de confiance, complicité de financement illégal, escroquerie, espère par ce pourvoi faire reconnaître son intégrité, explique son avocat Maître Boualem Bendjador. Il ne lâchera rien, rajoute-t-il, expliquant que contrairement à Jean-Luc Mélenchon, il n'a pas fait de bruit et qu'il compte bien recouvrer sa dignité. D'autant plus que le dossier sera examiné par de nouveaux magistrats de la Cour de Cassation. Cela nous donne de l'espoir, dit son avocat. Sa ligne de défense reste la même depuis le début de cette affaire. Même si il était trésorier de la campagne, il était le payeur. Il signait les chèques en fonction des factures qu'on lui présentait, et qui étaient validées par le directeur de campagne. Il rappelle aussi qu'il n'a perçu aucun centime, qu'il n'y a pas eu enrichissement personnel, ni détournement.

Contrairement à Jean-Luc Mélenchon, il n'a pas fait de bruit

Mais dans ce dossier,  Jérôme Lavrilleux, ex-directeur adjoint de la campagne, explique qu’il a fait ce qu’on lui demandait et que du jour au lendemain, on est passé d’une vingtaine à 40 meetings. Résultat : la facture totale s’est envolée à plus de 42,8 millions d’euros, soit près du double du seuil autorisé fixé à 22,5 millions. Résultat : un système de fausses factures aurait été mis en place pour cacher les dépenses réelles. Ainsi le meeting de Saint-Cyr-sur-Loire  du 23 avril 2012, avait été facturé 72.000 euros. Il aurait en fait coûté, 4 fois plus, 308.000 euros.

On est parti pour 10 ans de procédure

Selon Maître Boualem Bendjador, il faut compter un délai de 8 à 15 mois pour l'examen de ce pourvoi. En fonction des poursuites retenues et des non-lieux éventuels, entre le procès en correctionnel, puis l'appel puis la cassation, le dossier risque de durer une dizaine d'années.