Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Affaire Carlos Ghosn : pas de fraude fiscale identifiée en France selon le gouvernement

mardi 20 novembre 2018 à 11:04 Par Germain Arrigoni, France Bleu

L'administration française n'a identifié aucune fraude fiscale en France de la part de Carlos Ghosn, PDG de Renault-Nissan, en garde à vue au Japon pour des soupçons de malversations, a assuré mardi le ministre de l'Économie Bruno Le Maire.

Le ministre Bruno Le Maire demande une gouvernance intérimaire pour Renault
Le ministre Bruno Le Maire demande une gouvernance intérimaire pour Renault © AFP - Etienne LAURENT

L’emblématique patron du groupe Renault-Nissan n'aurait pas fraudé en France. "Dès que j'ai appris la nouvelle" de sa garde à vue à Tokyo au Japon, "nous avons avec Gérald Darmanin demandé à nos services de vérifier la situation fiscale de Carlos Ghosn en France". 

Or "il n'y a rien de particulier à signaler sur la situation fiscale de M. Ghosn en France", a assuré Bruno le Maire sur franceinfo.

Une gouvernance intérimaire pour Renault ?

Le ministre de l'Économie Bruno le Maire a également demandé une gouvernance intérimaire pour le constructeur Renault, son PDG Carlos Ghosn n'étant plus "en état de diriger le groupe" après son arrestation au Japon. 

"Il faut une gouvernance intérimaire", a affirmé le ministre sur franceinfo, précisant qu'il se réunira dans la journée avec les administrateurs de l'État au sein du groupe ainsi que l'administrateur de référence Philippe Lagayette". "Non, (Carlos Ghosn) est de fait plus en état de diriger le groupe", a-t-il assuré. L'État détient 15% de Renault.

Le ministre français, qui a réaffirmé sa volonté de préserver et de consolider l'alliance entre Renault et Nissan - une association selon lui bénéfique aux deux constructeurs et aux deux pays - doit également contacter son homologue nippon. 

Nissan a annoncé lundi qu'il comptait écarter Carlos Ghosn de la présidence de son conseil d'administration en l'accusant de fraude financière.

L'action Renault s'enfonçait encore un peu plus mardi matin à la Bourse de Paris, perdant plus de 3% après une chute de 8,43% la veille.

  - Visactu
© Visactu -
  - Visactu
© Visactu -