Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Affaire Céline Tondo : le chirurgien et le centre hospitalier de Castres relaxés

-
Par , , France Bleu Occitanie

Il n'y a pas eu de "maladresse fautive" de la part du chirurgien, a estimé la présidente du tribunal. Le médecin et l'hôpital de Castres (Tarn) étaient poursuivis pour l'homicide involontaire de Céline Tondo, décédée en 2011 des suites d'une opération bénigne de l'abdomen.

Le palais de justice de Castres - illustration
Le palais de justice de Castres - illustration © Radio France - Pascale Danyel

Le chirurgien et le centre hospitalier de Castres ont finalement été relaxés ce mardi par le tribunal de Castres. Ils étaient poursuivis pour homicide involontaire après la mort de Céline Tondo, cette femme de 34 ans décédée en 2011 après une opération bénigne de l'abdomen à l'hôpital de Castres. Elle subissait une cœlioscopie parce qu'elle cherchait à avoir un deuxième enfant et le gynécologue a sectionné une artère et provoqué une lésion sur une veine.

Mais "même s'il y a eu maladresse, le dossier n'a pas établi de maladresse fautive", selon la présidente. Les parties civiles sont donc déboutées de leur demande. Le chirurgien, pour qui le procureur avait requis un an de prison avec sursis, se dit rassuré. Il continue aujourd'hui d'exercer comme gynécologue en ville.

"C'était pas la peine d'attendre dix ans pour ça"

Les parents de la victime n'ont pas pu se rendre au délibéré. En revanche, les tuteurs du fils de la victime, qui était âgé de 13 ans au moment des faits, étaient bien présents. "C'était pas la peine d'attendre dix ans pour ça", s'est exclamé le tuteur, très mécontent, sur les marches du palais. Seul le parquet peut désormais faire appel du jugement. Cette relaxe n'empêche pas l'indemnisation des proches de la victime. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess