Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

La plainte pour agression sexuelle contre le député LREM Christophe Arend classée sans suite

mercredi 29 novembre 2017 à 17:02 Par Cédric Lang-Roth et Antoine Barège, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu

La plainte de l'ancienne directrice de campagne du député LREM de Forbach n'ira pas plus loin. Le procureur de Sarreguemines a décidé, ce mercredi 29 novembre au soir, de la classer sans suite. La jeune femme accusait le député de harcèlement sexuel et d'agression sexuelle.

Le député La République en Marche de Forbach Christophe Arend.
Le député La République en Marche de Forbach Christophe Arend. © Maxppp - Christophe Morin

Forbach, France

Une personne pleine de contradictions. C'est en ces termes que le procureur de la République de Sarreguemines définit l'ancienne directrice de campagne du député LREM de Forbach Christophe Arend. Le 20 octobre dernier, la jeune femme de 29 ans avait porté plainte pour harcèlement sexuel et agression sexuelle. Des faits niés en bloc par le député, qui a lui même porté plainte pour dénonciation calomnieuse.

Le procureur explique que 30 personnes ont été entendues et toute la correspondance entre Christophe Arend et son ancien directrice de campagne a été épluchée. Et c'est en consultant les SMS échangés entre eux qu'il a classé la plainte de la jeune femme sans suite.

Le député maintient sa plainte pour dénonciation calomnieuse

Dans ces messages, c'est en effet souvent l'ancienne directrice de campagne qui envoyait des textos à caractère sexuel. Elle faisait selon le procureur des propositions sans équivoque au député, des avances qu'elle justifie en parlant "d'humour de camionneur".

C'est un peu l'histoire de l'arroseur arrosé. Et Christophe Arend ne va pas en rester là. Il maintient sa plainte pour dénonciation calomnieuse et va saisir la justice.