Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Meurtre d'Alexia Daval

Affaire Daval : pour sa mère, "Alexia va peut-être pouvoir reposer un peu en paix"

Jonathann Daval a complété et modifié ses aveux lors de la reconstitution qui s'est tenue ce lundi en Haute-Saône. Devant les parents de la victime et notamment sa mère, il a reconnu les coups portés à Alexia et la crémation du corps. Isabelle Fouillot lui avait demandé "la vérité".

Isabelle Fouillot et sa famille à la fin de la reconstitution du meurtre d'Alexia.
Isabelle Fouillot et sa famille à la fin de la reconstitution du meurtre d'Alexia. © Radio France - Jean-François Fernandez

Haute-Saône, France

L'ambiance et la dramaturgie particulière d'une reconstitution, mais aussi la présence exceptionnelle de la famille de la victime ont contribué à pousser Jonathann Daval dans ses retranchements. Après sept heures de déplacement sur les lieux du crime, le meurtrier présumé d'Alexia Daval a complété ses aveux et modifié sa version.

Le mari d'Alexia Daval a reconnu qu'il avait violemment frappé son épouse avant de l'étrangler, dans la nuit du 27 octobre 2017. Puis, il a admis pour la première fois avoir tenté de brûler son corps.

"On lui a dit qu'on voulait la vérité" - Isabelle Fouillot

La mère d'Alexia et ses proches ont demandé à Jonathann Daval de dire la vérité : "On lui a dit qu'on voulait qu'il avoue, sinon ça repartait dans des délires". Le meurtrier présumé a avoué, dans des termes qui, selon le procureur, sont conformes aux constatations des enquêteurs. Une forme de soulagement pour la famille. "Alexia, elle va peut-être pouvoir reposer en paix" a soufflé sa mère, dans un sanglot.

"C'était très long et très difficile à obtenir", reconnaît Isabelle Fouillot, "je le connais bien, je sais qu'il nous aime et, nous aussi, on a eu des liens très forts". Le pardon au meurtrier de sa fille ? Isabelle Fouillot et son mari ne l'écartent pas d'emblée, "le principal maintenant, c'est la vérité. Le pardon, ça viendra un peu plus tard."

Le procès aux assises pourrait avoir lieu au deuxième semestre 2020.