Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Affaire Daval

Affaire Daval : un procès pour tourner la page à Gray

Le procès de Jonathann Daval qui s'ouvrira le 16 novembre 2020 à Vesoul est l'occasion pour toute une population de passer à autre chose. Trois ans après la mort d'Alexia, les habitants de Gray, ville du drame en Haute-Saône restent marqués, mais sont apaisés.

Alexia est enterrée au cimetière de Gray, où elle a grandi. Son nom de jeune fille a été inscrit sur la plaque, à la place du nom de Jonathann, Daval
Alexia est enterrée au cimetière de Gray, où elle a grandi. Son nom de jeune fille a été inscrit sur la plaque, à la place du nom de Jonathann, Daval © Radio France - Sophie Allemand

Le procès de Jonathann Daval s’ouvrira lundi 16 novembre 2020 à la cour d'assises de Vesoul en Haute-Saône, trois ans après la mort d'Alexia. Depuis ce drame, la commune de Gray est connue pour l'affaire Daval. Les médias sont venus de la France entière là où habitait le couple, où vivent les parents de la victime. Entre le désir de connaître le verdict et le ras-le-bol médiatique : ce procès est l'occasion pour les 5.500 habitants de Gray de tourner la page

"Il est temps que l'on passe à autre chose" 

Toute la commune a été marquée par la marche blanche à Gray pour rendre hommage à Alexia en 2017. Les habitants sont restés solidaires, mais "les gens en parlent de moins en moins," confient des jeunes. 

Qu'on laisse ces gens tranquilles, ils ont assez de chagrin comme ça - une habitante

La médiatisation a lassé les Graylois, explique un vendeur de journaux : "les gens saturent. Il y a une tension ! Quand ils voient que l'affaire fait la une, ils se disent que ça recommence. Il est temps que l'on passe à autre chose." Effectivement, certains ne veulent plus en entendre parler. Une habitante dit avoir été accostée quatre fois par des journalistes à ce sujet. Trop c'est trop, dit-elle : "cela nous regarde pas, c'est la famille, c'est privé. Tout le monde en a marre. Qu'on laisse ces gens tranquilles, ils ont assez de chagrin comme ça."

Bruno, Graylois de naissance devant le Pont de Pierre de Gray
Bruno, Graylois de naissance devant le Pont de Pierre de Gray © Radio France - Sophie Allemand

Bruno, Graylois de naissance connait un peu les Fouillot, les parents d'Alexia. Le jugement est nécessaire pour lui : "c'est une certitude, tant qu'il n'y aura pas ce procès, on restera toujours là-dessus. On sait très bien qu'Alexia ne reviendra pas, mais il faut que la justice passe. C'est important pour nous, pour la famille."

"C'est une affaire qui existe, qui est dramatique, mais le temps a permis d'apaiser la ville" 

Pour le maire Christophe Laurençot, Gray doit avancer : "Gray a été pointée du doigt sur la carte après ce drame. Dès que l'on organise un évènement sportif, ou culturel, on doit montrer au niveau régional et national qu'il se passe d'autres choses à Gray, qu'il n'y a pas que l'affaire Daval."

L'élu insiste, de l'eau a coulé sous les ponts depuis la disparition d'Alexia en 2017. "Les gens ont continué à vivre, explique-t-il. Au fil du temps, les choses sont revenues à la normale. C'est la famille proche qui vit ce drame et ses conséquences, nous en tant que population, on est dans la compassion. Forcément, le procès ravive des choses car on est des êtres humains, on est touché, on ne sort pas indemnes de ce drame. C'est une affaire qui existe, qui est dramatique, mais le temps a permis d'apaiser la ville."

Christophe Laurençot, le maire de Gray dans son bureau à la mairie
Christophe Laurençot, le maire de Gray dans son bureau à la mairie © Radio France - Sophie Allemand

Pour lui, ce procès doit permettre d'"entériner" l'affaire, non "pas dans les coeurs, mais administrativement. On n'oubliera jamais, mais il faut que cela passe. C'est important pour toute la population grayloise."

Le centre-ville de Gray en Haute-Saône, la commune où Alexia a grandi et vivait avec Jonathann Daval
Le centre-ville de Gray en Haute-Saône, la commune où Alexia a grandi et vivait avec Jonathann Daval © Radio France - Sophie Allemand

Le maire et les habitants ne se rendront pas au procès de Jonathann Daval. Isabelle Fouillot, la mère d'Alexia est toujours conseillère municipale à Gray, Christophe Laurençot est donc toujours proche d'elle et leur apporte tout son soutien.  

Jonathann Daval sera jugé du 16 au 20 novembre 2020 à la cour d'assises de Vesoul. Il est poursuivi pour meurtre sur conjoint, et encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

Depuis octobre 2017, Gray-la-Ville en Haute-Saône, est connue dans toute la France pour l'affaire Daval.
Depuis octobre 2017, Gray-la-Ville en Haute-Saône, est connue dans toute la France pour l'affaire Daval. © Visactu

Nos articles incontournables sur l’affaire Daval :

Choix de la station

À venir dansDanssecondess