Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Affaire de la petite martyre de l'autoroute A 10 : le père de la fillette remis en liberté sous contrôle judiciaire

Ahmed Touloub est libre, sur décision de la chambre d'instruction de la Cour d'appel d'Orléans ce jeudi. Le père de la "petite martyre de l'A 10", dont le corps avait été retrouvé en 1987 au bord de l'autoroute, avait été identifié grâce à l'ADN puis arrêté le 14 juin 2018, ainsi que son ex-femme.

Avis diffusé en 1987 pour identifier la petite martyre de l'autoroute A 10
Avis diffusé en 1987 pour identifier la petite martyre de l'autoroute A 10 © Maxppp -

Orléans, France

"C'est une décision courageuse de la chambre d'instruction de la Cour d'appel d'Orléans", estime Maître Franck Berton, avocat d'Ahmed Touloub, après avoir appris la remise en liberté de son client, placé sous contrôle judiciaire, ce jeudi. Cet homme de 67 ans avait été arrêté le 14 juin 2018, plus de trente ans après la découverte du corps sans vie de sa fillette Inass, dans un fossé au bord de l'autoroute A 10 à Suèvres, près de Blois. Lui et son ex-femme avaient été identifiés après une longue enquête de la gendarmerie, grâce à l'ADN, puis interpellés il y a un an.

Le père était en détention depuis un an presque jour pour jour

L'homme, âgé de 67 ans, avait formulé une deuxième demande de remise en liberté, qui a donc été acceptée par la justice, malgré l'opposition du parquet qui demandait le maintien en détention. Ahmed Touloub a toujours nié avoir tué sa fille, dont le corps présentait de très nombreuses et anciennes traces de coups au moment de sa découverte en août 1987. Cette affaire avait suscité une très vive émotion à l'époque et  la fillette avait été baptisée "l'inconnue ou la martyre de l'A 10" car personne n'avait alors pu identifier cette enfant, malgré les efforts des enquêteurs. Il aura fallu attendre 31 ans.

"Une décision logique et courageuse" (Maître Berton)

Maître Franck Berton se dit satisfait : "L'instruction a eu le temps d'avancer et on approche de la fin, c'est donc une décision logique. Et une décision courageuse, car la chambre d'instruction de la Cour d'appel d'Orléans rappelle qu'en droit, le principe c'est la liberté et la détention est l'exception." L'avocat qui était présent ce jeudi à l'audience au palais de justice d'Orléans estime qu'il "faut rappeler que mon client a toujours dit depuis le départ qu'il n'était pas l'auteur du meurtre de sa petite fille, qu'il avait été lâche et n'avait pas dénoncé le crime par peur que ses autres enfants lui soient retirés. _Il a fait un an de détention provisoire, aujourd'hui, il est libre_, on verra bien s'il sera jugé devant une cour d'assises ou un tribunal correctionnel." Rappelons que le père a reconnu dès le début de sa garde à vue avoir abandonné le corps de la fillette sur la route des vacances.

La mère reste en prison

Maître Berton indique que le père de la petite martyre de l'A 10 a quitté la maison d'arrêt de Blois ce mercredi après-midi et que "ses enfants sont venus le chercher" : "C'est quelqu’un d'âgé et de très malade, il a encore fait des examens médicaux il y a quelques jours, donc c'était important pour des raisons de santé qu'il recouvre la liberté". L'ex femme d'Ahmed Touloub, Halima El Bakhti, elle, reste en détention à ce jour. Elle aussi nie avoir tué sa fille.