Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Harcèlement moral : le procès de l'éleveuse haut-saônoise Coralie Marcotte reporté

jeudi 4 octobre 2018 à 11:15 Par Jean-François Fernandez, France Bleu Besançon

L'éleveuse de chevaux condamnée en février pour mauvais traitements sur des chevaux dans son élevage de Haute-Saône devait comparaître ce jeudi pour harcèlement moral. Une apprentie de 17 ans qui avait dénoncé ces faits avait fini par se suicider. Audience reportée au 21 février 2019.

Salle d'audience, tribunal correctionnel de Vesoul
Salle d'audience, tribunal correctionnel de Vesoul © Radio France - Jean Francois Fernandez

Gézier-et-Fontenelay, France

L'avocat de la famille d'Aurélia, la jeune apprentie dans un élevage de chevaux et lanceuse d'alerte qui s'était suicidée en 2016 en Haute-Saône, a demandé un supplément d'information, l'affaire qui devait être jugée ce jeudi matin est reportée au 21 février 2019. La responsable d'un élevage de chevaux de Gézier-et-Fontenelay en Haute Saône, Coralie Marcotte, devait comparaître ce jeudi au tribunal de Vesoul pour harcèlement moral.

En février dernier elle avait été condamnée à 6 mois de prison avec sursis, pour mauvais traitement sur animaux dans son élevage de chevaux et de chiens.

Sa jeune apprentie de 17 ans, avait dénoncé les mauvais traitements infligés aux chevaux, mais la jeune fille qui ne se sentait pas soutenue s'était suicidée peu de temps après.

Pour le volet harcèlement moral de cette affaire, l'avocat de la famille, Me Levy a identifié une liste de 18 personnes qui n'ont jamais été entendues, il a demandé le 15 septembre un supplément d'information.