Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Affaire de pédophile dans la Loire : le procès du père Peyrard aura bien lieu cet automne

mardi 1 mai 2018 à 12:50 Par Sandrine Morin, France Bleu Saint-Étienne Loire

Dans l’affaire de pédophilie qui a touché le diocèse de la Loire, le parquet de Saint-Étienne confirme qu’un procès est bien prévu à l’automne. Le père Peyrard sera jugé pour des faits non-prescrits sur une victime.

Le curé accusé a été en poste de 1975 à 1985 dans la paroisse de la Talaudière.
Le curé accusé a été en poste de 1975 à 1985 dans la paroisse de la Talaudière. © Radio France - SM

Saint-Étienne, France

Un procès pour pédophilie dans l’église devrait bien se tenir à l’automne au tribunal de correctionnel de Saint-Étienne. La date du 20 novembre avancée par France 3 est confirmée par le parquet de Saint-Étienne. L’homme aujourd’hui âgé de 85 ans a été prêtre notamment à la Talaudière. 

Il est accusé par une vingtaine de victimes qui ont été toutes été reçues par l’évêque de la Loire Monseigneur Bataille qui a lui même médiatisé le dossier. Le prêtre, qui est aujourd’hui retiré dans une congrégation en Ardèche, reconnait les faits mais dit ne pas se souvenir exactement de ces actes selon le diocèse de la Loire. 

Nouveaux éléments fin 2017

Pendant longtemps les victimes, mises en relation par la plateforme coabuse.fr, ont pensé qu’un procès ne pourrait avoir lieu car la plupart des faits étaient prescrits. Mais le parquet de Saint-Étienne confirme avoir eu de nouveaux éléments à la fin de l'année 2017 et a donc décidé de rouvrir l'enquête. Des éléments qui concernent une victime âgée de moins de 38 ans. (En cas de viol, d'attouchements sexuels sur un mineur de moins de 15 ans le délai de prescription est de 20 ans à compter de la majorité de la victime. La victime peut donc porter plainte pour ces faits jusqu'à ses 38 ans.) 

Le parquet qui a aussi donc décidé d’audiencier assez rapidement ce procès. Une seule victime sera donc prise en compte par la justice. Les autres pourraient être entendues comme témoins.