Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : L'affaire de pédophilie à l'école de Villefontaine

Affaire de pédophilie en Nord-Isère : huit nouvelles victimes identifiées

mercredi 25 avril 2018 à 18:33 Par Léopold Strajnic, France Bleu Isère et France Bleu

L’expertise des disques durs, disquettes et CD-ROM de l’ancien directeur de l'école de Villefontaine (Isère) a permis d’identifier de nouvelles victimes. L’une d’elle, frappée d’amnésie traumatique, avait totalement oublié son agression, en 2002. On recense plus de 60 jeunes victimes à ce jour.

Maître Marie Grimaud, avocate de deux victimes de pédophilie
Maître Marie Grimaud, avocate de deux victimes de pédophilie -

Villefontaine, France

L'affaire de pédophilie de l'école de Villefontaine a éclaté en 2015. Depuis, Romain Farina, ancien directeur de l'école et unique mis en cause dans cette affaire, s'est suicidé en prison. Mais l’expertise des disques durs, disquettes et CD-ROM de l’ancien directeur de l'école a permis d’identifier de nouvelles victimes. L’une d’elle, frappée d’amnésie traumatique, avait totalement oublié l’agression qui remonte à 2002.  

Seize ans après les faits, "ça a été un terrible choc, quand ma cliente a reçu un appel du service enquêteur puisqu’elle avait été identifiée comme victime de viol et d’agression sexuelle", raconte l’avocate de la jeune femme Maître Marie Grimaud. L’annonce a été particulièrement violente car "elle n’avait aucune mémoire des faits". À l’époque, Romain Farina était en poste à Vénissieux. Ce n’est qu’en mars 2015 que l’instituteur sera arrêté pour des faits commis à Saint-Clair-de-la-Tour et Villefontaine où il occupait le poste de directeur d’école.  

Concernant les enfants de Saint-Clair-de-la-Tour, Me Fabien Rajon représente le collectif des parents en colère. 4 familles d'enfants de cette école, que Romain Farina a dirigé entre 2011 et 2012, ont vu leur constitution de partie civile acceptée, dont une récemment. "Et il n'est pas impossible que certains enfants se manifestent plus tard", selon Me Rajon, qui précise que dans ce genre de dossiers il est courant que les victimes occultent la réalité.

Disques durs dissimulés dans le grenier

On dénombre aujourd’hui entre 60 et 70 petites victimes de Romain Farina. Les huit dernières identifications ont été rendues possibles grâce à l’examen d’environ 512.000 photos et plus de 11.000 vidéos dont la grande majorité provient d'internet. Quelques jours avant le suicide de son mari en détention, la femme de Romain Farina avait confié à la gendarmerie des disques durs, disquettes et CD-ROM qu'elle avait retrouvé dissimulés dans le double toit de leur maison.  

La responsabilité de l’État 

La justice ne pourra jamais juger l’ancien directeur d’école. Mais, comme ils l'avaient déjà dit par le passé, des avocats de victimes envisagent toujours de lancer une procédure pour faire reconnaître la responsabilité de l'État, une fois l'instruction terminée, ce qui serait imminent. Cette dernière devrait conclure à l'extinction de l'action publique du fait du décès de l'enseignant. 

En juin 2008, Romain Farina avait été condamné par le tribunal correctionnel de Bourgoin-Jallieu (Isère) à six mois de prison avec sursis avec obligation de soins pendant deux ans pour avoir téléchargé des images pédopornographiques. Sa condamnation n'avait pas été assortie d'une interdiction d'entrer en contact avec des enfants, ni signalée à son administration de tutelle, alors qu'elle figurait à son casier judiciaire. 

Face au scandale provoqué par cette affaire, les ministères de l'Éducation et de la Justice ont pris depuis des mesures destinées à améliorer la communication des informations de ce type entre leurs services.