Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Affaire des "écoutes" : quatre ans de prison, dont deux avec sursis, requis contre Nicolas Sarkozy

-
Par , France Bleu

Le parquet national financier a requis ce mardi quatre ans de prison, dont deux ferme, contre Nicolas Sarkozy son avocat et un ancien haut magistrat dans l'affaire dite des "écoutes". Le procès pour corruption et trafic d'influence doit s'achever jeudi soir.

Nicolas Sarkozy lors de son arrivée au tribunal le 8 décembre 2020.
Nicolas Sarkozy lors de son arrivée au tribunal le 8 décembre 2020. © AFP - Martin BUREAU

Après plusieurs jours de débats tendus, le parquet national financier a requis quatre ans de prison dont deux ferme contre Nicolas Sarkozy, son avocat Thierry Herzog et l'ancien magistrat Gilbert Azibert, dans l'affaire dite des "écoutes".

L'ancien chef de l'État est poursuivi pour corruption et trafic d'influence, soupçonné d'avoir cherché à obtenir des informations dans une procédure judiciaire, par l'entremise de son avocat Thierry Herzog. En contrepartie, il est suspecté d'avoir promis un "coup de pouce" à l'ex-haut magistrat Gilbert Azibert qui convoitait un poste à Monaco, qu'il n'a finalement jamais obtenu. 

Des réquisitions "en décalage total avec la réalité de cette audience"

"Ces réquisitions sont en décalage total avec la réalité de cette audience", a réagi l'avocate de Nicolas Sarkozy, Me Jacqueline Lafont, à sa sortie du tribunal correctionnel de Paris. C'est la première fois depuis le début du procès qu'elle prend la parole.

"J'ai entendu ces réquisitions", a-t-elle déclaré au micro de franceinfo avant de poursuivre, "mais j'ai surtout entendu trois semaines d'audience et un parquet muet, un parquet inexistant, un parquet qui ne réagissait jamais, un parquet qui était mis chaque jour un peu plus face aux failles, à l'inexistence, à la vacuité de son accusation". Le procès doit s'achever jeudi soir.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess