Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Affaire des écoutes : un Romanais demande des comptes à Nicolas Sarkozy

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

C'était l'un des invités du procès de Nicolas Sarkozy ce mardi 8 décembre à Paris. Luc Bismuth, un Romanais s'est porté partie civile dans ce procès. Son avocat raconte les brimades qu'il subit depuis la médiatisation du nom d'emprunt de l'ancien Président, un certain... Paul Bismuth.

Nicolas Sarkozy alias Paul Bismuth
Nicolas Sarkozy alias Paul Bismuth © Maxppp - Sadak Souici / Le Pictorium

Le procureur du parquet national financier a requis ce mardi 8 décembre quatre ans de prison dont deux avec sursis contre Nicolas Sarkozy, son avocat Thierry Herzog et l'ancien magistrat Gilbert Azibert. Les trois hommes comparaissent devant le tribunal correctionnel de Paris pour "corruption" et "trafic d'influence". L'occasion de découvrir, qu'un habitant de Romans-sur-Isère réclame 300.000 euros pour le préjudice subi par l'affaire dite des écoutes. 

L'honneur atteint

Lorsque l'affaire éclate, le public découvre l'existence de Paul Bismuth : nom d'emprunt de l'ancien Président pour ouvrir une ligne téléphonique secrète afin de discuter avec son avocat Thierry Herzog. "Même si une somme est attribuée, jamais le mal ne pourra être réparé", indique Me Frederik-Karel Canoy, avocat de Luc Bismuth. 

Depuis des années, la vie de ce Romanais est bouleversée explique l'avocat : "Chaque jour, il reçoit des appels et des messages qui ridiculisent son nom de famille et ça devient insupportable". Le père de Luc s'appelait Paul, expliquait Me Canoy lors de sa plaidoirie : de quoi rajouter une blessure supplémentaire. 

"Il a le sentiment que l'honneur de sa famille est atteint", assure l'avocat qui représentait à l'origine un vrai Paul Bismuth avant que ce dernier décide de ne plus se porter partie civile. Il est improbable que la demande de 300.000 euros aboutisse mais Me Canoy veut se faire le porte-parole des Bismuth en France : "Il y en a 2.000 en tout. Je les invite à porter plainte et à se porter partie civile"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess