Faits divers – Justice

Affaire des matches truqués - Jean-François Fortin évoque sa garde à vue

Par Jean-Pierre Blimo, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) mercredi 1 avril 2015 à 18:20

Jean-François Fortin avec le logo du SM Caen
Jean-François Fortin avec le logo du SM Caen © Stéphane Geufroi - MaxPPP

Silencieux pendant quatre mois après le déclenchement de l'affaire Caen - Nîmes, Jean-François Fortin est sorti de son silence à la mi-mars juste avant sa mise hors de cause par la commission de discipline de la LFP. Il avait évoqué l'aspect sportif de l'affaire. Cette fois, le président du Stade Malherbe de Caen qui a suspendu ses fonctions parle de ce qu'il a vécu lors de sa garde à vue.

Sa parole se fait rare. Le président du Stade Malherbe de Caen Jean-François Fortin , mis en cause dans l'affaire des matches présumés truqués, notamment Caen - Nîmes du mois de mai dernier s'exprime ce mercredi à la fois dans la presse et sur France Bleu

Blanchi par la ligue professionnelle de football le 17 mars dernier, Jean-François Fortin reste mis en examen dans le volet pénal de l'affaire. Pour autant, le président caennais qui s'est mis lui même en retrait de la présidence du club espère bientôt que les juges l'affranchiront à leur tour.

En attendant, il sort de nouveau de son silence pour évoquer son incarcération en novembre dernier , lorsqu'il a été interpellé chez lui à l'aube du 18 novembre, et placé en garde à vue pendant les deux jours et les deux nuits qui ont suivi, et notamment interrogé par les policiers à Nanterre. 

Vous avez pu entendre l'interview de Jean-François Fortin sur France Bleu Basse-Normandie ce mercredi à 18h15, vous pouvez entendre à nouveau l'entretien dans son intégralité ci-dessous. 

Jean-François Fortin 1er avril 2015 parle de sa garde à vue

Rappelons que Jean-François Fortin n'a jamais démissionné de son poste de président du club caennais, et qu'il avait très vite affirmé son innocence dans un communiqué au sortir de sa garde à vue. De nombreux messages de soutien de la part d'acteurs économiques de la région comme de certains élus avaient été observés.