Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : FC Metz : la saison 2016-2017 en Ligue 1

Affaire des pétards : le FC Metz se voit retirer deux points par la commission de discipline de la LFP

jeudi 5 janvier 2017 à 23:41 - Mis à jour le vendredi 6 janvier 2017 à 8:31 Par Thomas Jeangeorge, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu

Après les incidents du match Metz-Lyon le 3 décembre dernier, la commission de discipline de la LFP retire deux points au classement au club à la Croix de Lorraine, ce jeudi. La rencontre contre l' OL sera rejouée à huis-clos à Saint-Symphorien.

Le gardien de Lyon, touché aux oreilles, après un jet de pétard
Le gardien de Lyon, touché aux oreilles, après un jet de pétard © Maxppp - anthony Picoré

Paris, France

Le FC Metz redoutait de lourdes sanctions, il a été hélas servi. Après les incidents qui ont conduit à l'arrêt du match contre l'Olympique Lyonnais, le 3 décembre dernier, la commission de discipline de la Ligue de Foot Professionnel a décidé de frapper fort : le FC Metz se voit retirer trois points au classement, dont un avec sursis et la rencontre contre Lyon sera rejoué au Stade Saint-Symphorien, mais à huis-clos. C'est la commission des compétitions de la LFP qui fixera prochainement la date de ce nouveau rendez-vous.

Le président Serin réclamait la clémence de la Ligue

Le président du FC Metz avait fait le déplacement ce jeudi 5 janvier à Paris. Devant les 11 membres de la commission de discipline, Bernard Serin a notamment expliqué que son club avait fait beaucoup pour lutter contre ce genre d'incidents et que d'autres clubs de Ligue 1 sont concernés par ce problème des pétards. Dans un communiqué, le grand patron grenat fait part de son incompréhension : " cette décision signifie désormais que dans le foot français, les clubs, le championnat sont devenues les otages de quelques individus à qui on confère le pouvoir d'influencer sportivement les compétitions. " Le président du FC Metz envisage de faire appel de cette décision devant la FFF.

Des pétards qui coûtent cher

Le 3 décembre dernier, alors que le FC Metz venait d'ouvrir la marque contre Lyon, le gardien de Lyon va recevoir deux pétards jetés par des supporters installés en tribune Est. Le match est alors arrêté par l'arbitre Lionel Jaffredo. Il ne reprendra jamais. Ce soir-là, dans un communiqué, le directeur général de la LFP, Didier Quillot, évoque des actes intolérables et promet l'intransigeance et la fermeté de la Ligue.

Quelques jours plus tard, la commission de discipline place l"affaire à l'instruction et décidé à titre conservatoire de fermer l'intégralité de la tribune Est de St Symphorien, pour les matchs contre Toulouse en Coupe de la Ligue, et contre Guingamp en championnat. De son côté, le FC Metz décide de renforcer la sécurité autour de son enceinte sportive et de fermer jusqu'à nouvel ordre la tribune Est Basse. C'est de là, que sont partis les fameux pétards. Des engins pyrotechniques qui coûtent chers au club à la Croix de Lorraine, puisqu'il perd deux points au classement.

Bernard Serin, le président du FC Metz, explique que tous les clubs de Ligue 1 sont concernés par ces problèmes de pétards.

Le président du FC Metz - Maxppp
Le président du FC Metz © Maxppp - Alexandre Marchi

De son côté, le président de la commission de discipline de la LFP, Sébastien Deneux explique qu'il s'agit là d'une décision certes inédite mais nécessaire, pour éviter de nouveaux débordements de ce genre à l'avenir.