Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Affaire des surirradiés d'Épinal : les médecins rejugés en appel

-
Par France Bleu Sud Lorraine

Ce mercredi débute à Paris le procès des deux médecins et du radiophysicien condamnés en janvier 2013 à 18 mois de prison ferme pour avoir exposé des malades du cancer de la prostate à des surdoses de radiation, entre 2001 et 2006. Douze de ces patients étaient morts, les autres ont vu leur système digestif, urinaire et anal ravagé.

Surirradiés d'Epinal : manifestation d'une famille de victime en 2012
Surirradiés d'Epinal : manifestation d'une famille de victime en 2012 © Maxppp

C'est le plus grave accident de radiothérapie de l'histoire , en France : entre 2001 et 2006, pas moins de 450 patients de l'hôpital d'Epinal, atteints du cancer de la prostate, ont été exposés à des surdoses de radiations. Douze d'entre eux sont morts , et les autres souffrent aujourd'hui de graves troubles de leurs systèmes digestif, anal et urinaire.

Deux médecins et un radiothérapeute sont jugés à partir de ce mercredi par la cour d'appel de Paris, face à 70 parties civiles. En première instance ils avaient été condamnés à 18 mois de prison ferme. Le radiophysicien, reconnu d'homicides et blessures involontaires et de soustraction de preuve, avait en plus écopé d'une interdiction d'exercer pendant cinq ans. Quant aux deux médecins, condamnés pour homicides et blessures involontaires et pour non-assistance à personne en danger, ils se sont vu retirer définitivement leur autorisation d'exercer .

"Prêt pour la bagarre "

Les trois condamnés avaient fait appel... mais le parquet aussi, ce qui signifie que leur peine, si elle est confirmée, pourrait être alourdie . Philippe Stabler, président de l'Association des victimes des surradiés de l'hôpital d'Epinal, a prévenu : il est "fin prêt pour la bagarre ". "On n'a rien eu de leur part en première instance, à part une compassion de façade, alors je ne vois pas pourquoi ça changerait en appel ", a-t-il confié à nos confrères de France Inter. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess