Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Ex-rugbymen du FC Grenoble soupçonnés de viol en réunion : la victime témoigne pour la première fois

jeudi 12 juillet 2018 à 21:05 Par Véronique Pueyo, France Bleu Gironde, France Bleu Isère, France Bleu Pays Basque et France Bleu

Pour la première fois, la jeune femme qui a déposé plainte pour viol en réunion en mars 2017 à l'encontre trois joueurs du FC Grenoble, depuis licenciés par le club, témoigne dans les colonnes du quotidien "Le Monde", daté de ce jeudi. Le récit glaçant d'un calvaire lors d'une soirée alcoolisée.

La jeune femme témoigne pour la première fois jeudi dans les colonnes du journal Le Monde.
La jeune femme témoigne pour la première fois jeudi dans les colonnes du journal Le Monde. © Getty - Image d'illustration

Bordeaux, France

Le Monde l'appelle Charlotte, un prénom d'emprunt pour préserver l'anonymat de cette jeune étudiante bordelaise originaire de Bayonne. La jeune femme a accepté de raconter au quotidien du soir, dans un article daté de ce jeudi (édition abonnés) la terrible nuit qu'elle a vécu du 11 au 12 mars 2017 et qui a fait basculer sa vie.

Une soirée arrosée 

Ce soir-là, c'est l'anniversaire de son amie Margaux. La fête terminée, elle veut rentrer chez elle, mais deux autres amies l'entraînent boire un dernier verre dans un pub de Bordeaux, rapporte le récit du Monde. Là, elles rencontrent cinq garçons, des rugbymen grenoblois, qui viennent de perdre un match contre l'équipe de Bordeaux ; ils sont là pour se changer les idées. Les filles acceptent d'aller en boîte avec eux. Vers une heure du matin, les trois amies se séparent. Charlotte, elle, monte dans un taxi avec les joueurs du FCG. Elle est alors totalement ivre. 

"Cette amnésie est insupportable à gérer" — Charlotte

Le Monde cite une expertise qui montre que la jeune femme a près de trois grammes d'alcool dans le sang. À partir de ce moment-là, elle dit ne plus se souvenir de rien. D'ailleurs, la vidéosurveillance de l'hôtel où elle est emmenée la montre titubante, incapable de tenir sur ses jambes, soutenue par les rugbymen. "Cette amnésie, c'est insupportable à gérer" dit-elle. "C'est comme une dépossession de son corps."

"J'avais l'impression d'être un jouet"

Le récit se poursuit. Vers sept heures du matin, Charlotte commence à émerger : "Je vois que je suis nue, sur un lit, entourée d'hommes. J'avais l'impression d'être un jouet." La sensation d'être pénétrée par un objet métallique la réveille complètement. Elle quitte alors la chambre en pleurs, comprend qu'elle a été violée, plusieurs fois et par plusieurs hommes. Soutenue par sa famille, elle décide de porter plainte. Elle apprendra plus tard que ces scènes de sexe ont été filmées et partagées sur le réseau social Snapchat. Les trois rugbymen, l'Irlandais Denis Coulson, le Français Loick Jammes et le Néo-Zélandais Rory Grice sont mis en examen en avril 2017 pour viol en réunion. 

Témoigner pour faire passer un message

Si Charlotte a choisi de sortir de son silence et de témoigner dans les colonnes du Monde, c'est pour faire passer un message : "Les hommes doivent comprendre qu'une femme ne peut pas être consentante quand elle est alcoolisée" clame la jeune femme. 

Aujourd'hui, elle tente de se reconstruire, elle est suivie par un psychologue, elle continue ses études mais son rapport aux hommes est devenu compliqué. Le pire, dit-elle, c'est qu'elle craint "d'avoir été trop alcoolisée pour pouvoir réagir et dire non".

Pour les trois ex-rugbymen grenoblois, elle était consentante

De leur côtés, les trois ex-rugbymen grenoblois, qui ont été licenciés par le FCG dès leur mise en examen et qui poursuivent aujourd'hui leurs carrières de joueurs dans d'autres clubs, maintiennent leur version. 

Pour eux, Charlotte était consentante et si elle a déposé plainte, c'est "parce qu'elle n'assume pas ses actes ou"qu'elle veut de la maille" rapporte Le Monde. Interrogée par France Bleu Isère, l'avocate de Denis Coulson,  Corinne Dreyfus-Schmidt, estime que l'article du quotidien est "un véritable réquisitoire" et que la réalité du dossier est beaucoup plus nuancée : "Il n'y a pas d'un côté les méchants garçons et de l'autre la pauvre victime. Elle dit ne se souvenir de rien, mais il ne faut pas confondre conscience et souvenirs."

Pour l'avocat grenoblois Denis Dreyfus, avocat de Loick Jammes, cet article "est une violation du secret de l'instruction" : "Comme il n'y a rien dans le dossier, on compense par des débordements médiatiques. Pour notre part, nous attendons sereinement la suite de l'instruction." L'instruction qui est d'ailleurs presque bouclée, un procès aux Assises pourrait avoir lieu courant 2019.