Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : L'affaire Stéphane Dieterich

Affaire Stéphane Dieterich : Christophe Blind, un accusé aux deux visages

Aux assises de Vesoul, la journée d’audience est consacrée ce jeudi à cerner la personnalité de Christophe Blind, accusé de l'assassinat de Stéphane Dieterich en 1994. Il ressort qu'il y avait "deux Christophe Blind", aux personnalités très différentes.

Christophe Blind avec son avocat Me Dami Le Coz
Christophe Blind avec son avocat Me Dami Le Coz © Radio France - Émilie Pou

C'est elle, qui, sans doute, a le mieux décrit de ce qui ressort, en pointillé, de ces quatre premiers jours d'audience. Elle, c'est Valérie Ritzenthaler, la psychologue qui a rencontré longuement Christophe Blind en 2016, à deux reprises au sein de la maison d’arrêt de Mulhouse. Tout au long de son témoignage, ce jeudi matin, elle a employé des mots comme "clivé", "conflit", "ambivalence", "fluctuant". Elle décrit Christophe Blind, accusé d'avoir tué son ami Stéphane Dieterich en juillet 1994, comme un homme "à la fois sympathique et ouvert, mais avec une agressivité latente qu’il contient sans cesse". Elle parle "d’instabilité émotionnelle, avec une peur de l’abandon"

Je ne parlerais pas d’agression sexuelle, mais d’une relation très forte et très complexe, qui n’a pas été vécue de la même manière par les deux hommes."

Sur le lien entre les deux hommes, elle dit: "il y avait là aussi une _forte ambivalence_. C’était une relation d’amitié très forte et très complexe. Il y avait de l’admiration, mais aussi de l’envie de la part de Christophe Blind. C'était ambigu. Je ne parlerais pas d'agressions sexuelles. Je pense que Christophe Blind a été pris dans cette relation, qu'il a été mis en difficulté ensuite pour refuser certaines choses. Il avait un sentiment d’oppression et d'emprise. Qui n’était peut-être pas ressenti comme tel par Stéphane Dieterich. Cela peut être subjectif comme sentiment". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Le Christophe Blind des années 2010 semble très différent de celui des années 2000

Les témoignages qui ont suivi ont également fait apparaître un Christophe Blind très différent selon les époques et les personnes rencontrées. Mercredi soir, ses ex-petites amies des années 2000 ont toutes parlé de Christophe Blind comme d’un homme "manipulateur, possessif, jaloux et capable de violences". Ses amies du sud de la France, qui ont témoigné ce jeudi matin, et qui l’ont connu plus tard entre 2010 et 2014, le décrivent tout au contraire comme un homme "calme, posé, agréable, jovial et cultivé". "C’était l’ami que tout le monde rêve d’avoir", dira même l’une d’elle. Elles disent toutes leur sidération au moment des aveux.

Je sentais qu'il y avait quelque chose de triste en lui"- le frère de Christophe Blind

Autre moment important : le témoignage du petit frère et de la petite soeur de Christophe Blind, âgés de 10 et 12 ans au moment des faits. Ils racontent encore un autre Christophe Blind, un grand frère protecteur."Mon frère, c'est ma famille, c'est lui qui a endossé le rôle de deuxième papa pour nous protéger de notre beau-père alcoolique et violent" explique le frère de l'accusé, en larmes. "J'ai toujours senti qu'il y avait quelque chose de triste en lui". Sa petite sœur ajoute : "Au moment des aveux, j'ai compris tellement de choses d'un coup : pourquoi il ne s'est jamais engagé, pourquoi il n'a jamais eu d'enfants. Il était anxieux, il avait un stress en lui". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess