Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Affaire "du bébé dans le coffre"

Affaire dite du bébé dans le coffre : le procureur de Brive demande le renvoi de la mère aux assises

-
Par , France Bleu Limousin, France Bleu Périgord, France Bleu
Brive-la-Gaillarde, Corrèze, France

Le procureur de la République de Brive a requis le renvoi de la mère de la petite Séréna devant la cour d'assises de la Corrèze. Elle avait dissimulé et privé de soin sa petite fille durant 18 mois jusqu'à sa découverte dans le coffre de sa voiture.

Les parents de la petite Séréna avaient été interpellés fin 2013
Les parents de la petite Séréna avaient été interpellés fin 2013 © Maxppp - Eric Porte

L'affaire remonte à octobre 2013. Un garagiste de Terrasson, en Dordogne, avait découvert dans le coffre d'une voiture une petite fille, nue, déshydratée, pleine d'urine. La mère de l'enfant, résidant à Brignac-la-Plaine en Corrèze avait été rapidement confondue. Elle dissimulait l'enfant depuis sa naissance. Même à son mari et à ses autres enfants. La petite fille âgée alors d'un an et demi, confiée depuis à une famille d'accueil, souffre de séquelles très importantes, notamment un fort retard de développement irrémédiable. Ce qui a mobilisé plusieurs associations qui demandaient ce renvoi de sa maman devant les assises.

20 ans de réclusion criminelle

Le procureur de Brive a requis le renvoi de la mère devant la cour d'assises de la Corrèze pour le crime de violences volontaires ayant entraîné une infirmité permanente sur mineur de 15 ans par ascendant. Pour cela, la mère encourt jusqu'à 20 ans de réclusion criminelle. Cette dernière pourrait comparaître en même temps pour les délits de privation de soin et dissimulation à l'état civil. C'est maintenant au juge d'instruction du pôle de Limoges de prendre la décision. En revanche le procureur demande un non-lieu pour le père de Séréna en l'absence d'éléments prouvant qu'il connaissait l'existence de sa petite fille.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess