Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Corse : collecte d’ADN auprès de 286 personnes deux ans après le meurtre de Vincent Dorado

mercredi 17 janvier 2018 à 11:07 Par Hélène Battini et Marion Galland, France Bleu RCFM et France Bleu

Presque deux ans jour pour jour après le meurtre de Vincent Dorado, professeur de SVT au collège de Baleone, la gendarmerie s'apprête à mener une opération d'envergure. 286 prélèvements ADN vont être effectués sur deux mois.

280 prélèvements ADN vont être effectués en deux mois
280 prélèvements ADN vont être effectués en deux mois © Maxppp - maxppp

Corse, France

Après avoir épluché sans résultats l'entourage personnel de la victime c'est vers le professionnel que les enquêteurs vont se tourner. D'ici deux mois un laboratoire mobile de l'IRCGN sera déplacé en Corse durant trois jours pour effectuer des comparaisons ADN. L'opération coûtera environ 10 000 euros, et permettrait selon les enquêteurs soit de faire avancer l'enquête soit de fermer une porte, en mettant ainsi un terme aux rumeurs qui courent depuis deux ans au collège. 

Des dizaines de personnes sont concernées. Éric Bouillard, le procureur de la République d'Ajaccio. « On est en demande de comparaison d’un ADN féminin dont en pense qu’on peut le relier au meurtre. On va demander au personnel administratif féminin en place à ce moment-là de se soumettre à cette comparaison. On va le demander aussi aux mères d’élèves dont les enfants étaient en classe avec Vincent Dorado, cela représente _280 personnes_. »

Une opération de prélèvement d'ADN de masse mais qui sera également très ciblée puisque les enquêteurs disposent d'un ADN complet retrouvé sur la scène de crime. Le colonel Stéphane Dutrilleux, commandant de la section de recherche de gendarmerie de Corse.  « On ne sera pas dans le cadre de files d’attente, les gendarmes convoqueront au cas par cas les personnes, c’est assez rapide puisqu’il n’y a _pas d’enregistrement ni d’alimentation des fichiers_, on est simplement sur une comparaison d’ADN, qui s’il est négatif est détruit immédiatement. »