Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Le plan Alerte enlèvement déclenché pour retrouver Mia, une fillette de 8 ans enlevée par trois hommes dans les Vosges

Cannabis : un trafiquant surnommé "Casper" et son équipe arrêtés au Pays basque

-
Par , France Bleu Pays Basque

La police judiciaire de Bayonne a démantelé une vaste organisation de trafiquants de cannabis. L’équipe de voyous qui la composait, mettait à profit sa bonne connaissance du réseau routier frontalier pour passer la drogue de l'Espagne à la France. Quatre hommes sont sous les verrous ce mardi.

L’équipe de voyous mettait à profit sa bonne connaissance du réseau routier frontalier pour passer la drogue de l'Espagne à la France.
L’équipe de voyous mettait à profit sa bonne connaissance du réseau routier frontalier pour passer la drogue de l'Espagne à la France. © Radio France - Bixente Vrignon

Ils mettaient à profit leur très fine connaissance du réseau routier frontalier du Pays basque pour passer la drogue d'un pays à l'autre. L’équipe de trafiquants de stupéfiants agissait depuis plusieurs mois apprend-on ce mardi 9 mars 2021. Ce sont les hommes de la police judiciaire de Bayonne qui ont démantelé, après une longue enquête, la vaste organisation de trafiquants de cannabis. Quatre hommes, dont leur chef "Casper" (comme le fantôme), installés sur la côte-basque sont en détention provisoire et quatre autres ont été placés sous contrôle judiciaire.

Petits et grands axes de communications

L’enquête de police débute en 2019. Les hommes de l'antenne bayonnaise de la PJ de Bordeaux, repèrent une dizaine d'individus âgés de 30 à 40 ans, dont certains sont déjà connus de la justice pour des affaires de drogues. Tous résident sur la côte-basque et connaissent parfaitement les axes, petits et grands, qui permettent de franchir la frontière franco-espagnole sans prendre trop de risques. C'est en quelque sort leur marque de fabrique. Selon les enquêteurs, ils auraient ainsi effectué une douzaines de transports entre le sud de l'Espagne et la côte-basque. Apres une nuit passée à Anglet ou Biarritz, les trafiquants changeaient de voitures et acheminaient la drogue vers la région Parisienne, la Bretagne et la région Centre.

"Casper" arrêté sur l'autoroute

Une première vague d'arrestations se déroule le 24 décembre 2019. Il est 4h du matin. Avec l'aide la BRI (Brigade de recherche et d'intervention) , les fonctionnaires de la Police judiciaire, interceptent un "Go-Fast" de trois véhicules à Biarritz. Ils mettent la main sur 356 kilos de résine de cannabis et 103 kilos d'herbe de cannabis cachés dans les grosses berlines allemandes qui roulaient à vive allure sur l'autoroute A63. Trois hommes sont arrêtés. Le chef est âgé de 38 ans et se fait appeler "Casper", du nom du célèbre petit fantôme de dessin-animé. Son surnom lui vient de sa capacité à passer à travers les mailles des filets de la police. Mais ce jour-là il tombe, avec deux de ses complices âgés de 37 et 43 ans.

Messagerie "EncroChat"

Une seconde équipe est arrêtée il y a quelques jours au Pays Basque. Six individus, âgés d'une trentaine d'années, importaient essentiellement de l'herbe de cannabis depuis l'Espagne, et livraient surtout la région Bretagne. Deux hommes ont été placés en détention et quatre autres placés sous contrôle judiciaire. 

Dans cette vaste enquête, les policiers se sont rendu compte que les trafiquants utilisait une application numérique très particulière. Une messagerie cryptée du nom de "EncroChat" (une société technologique prisée par le crime organisé selon le journal Le Monde). Cette seconde équipe utilisait également des travailleurs transfrontaliers pour faire passer les stupéfiants, et agissait avec la complicité de certains garagistes pour, par exemple, changer les plaques d’immatriculation des véhicules. La drogue arrivée d'Espagne était dans un premier temps stockée dans un appartement de Bidart, avant de partir vers d'autres régions. Le dossier de cette affaire, toujours à l'instruction, est quasiment bouclé.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess