Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Arbitrage Adidas-Crédit Lyonnais : Bernard Tapie relaxé pour escroquerie

-
Par , , France Bleu, France Bleu Provence

Le tribunal correctionnel de Paris a relaxé mardi Bernard Tapie, jugé au printemps pour "escroquerie" dans l'affaire de l'arbitrage Adidas-Crédit Lyonnais controversé qui lui avait octroyé 403 millions d'euros en 2008 et qui a été annulé au civil pour "fraude".

Bernard Tapie en avril 2019
Bernard Tapie en avril 2019 © AFP - Bertrand GUAY

Le tribunal correctionnel de Paris a relaxé Bernard Tapie ce mardi, plus de dix ans après l'arbitrage controversé ayant octroyé 403 millions d'euros à l'homme d'affaires pour solder son vieux litige avec le Crédit Lyonnais.

Le parquet avait requis cinq ans de prison ferme à l'encontre de Bernard Tapie poursuivi pour "escroquerie" et "détournement de fonds publics". 

Pour le tribunal, "aucun élément du dossier ne permet d'affirmer" que cette sentence "ait été surprise par la fraude". 

Tapie absent au jugement

Atteint d'un double cancer de l’œsophage et de l'estomac, Bernard Tapie, 76 ans, n'était pas présent ce mardi au tribunal correctionnel car il devait suivre une séance de chimiothérapie. 

L'homme d'affaires, qui dit avoir été floué par le Crédit Lyonnais lors de la vente du fabricant d'équipements de sports Adidas en 1993, s'est vu accorder 15 ans plus tard, après de multiples péripéties judiciaires, 403 millions d'euros dont 45 millions pour préjudice moral. Mais l'ancien patron de l'Olympique de Marseille et son avocat Maurice Lantourne étaient accusés d'avoir frauduleusement obtenu cet arbitrage, en collusion avec un des trois arbitres, Pierre Estoup, 92 ans, et avec l'aide de Stéphane Richard.

L'actuel PDG d'Orange était alors directeur de cabinet de la ministre de l'Economie et des Finances de l'époque, Christine Lagarde, aujourd'hui à la tête du FMI et choisie pour présider la Banque centrale européenne.

Cette décision a déjà été définitivement annulée au civil pour "fraude" en 2015 et Bernard Tapie condamné à restituer les millions perçus.

Mon cancer vient d'en prendre un sale coup dans la gueule !" — Bernard Tapie 

"Mon cancer vient d'en prendre un sale coup dans la gueule", s'est réjoui mardi Bernard Tapie dans La Provence, à l'annonce de la relaxe générale prononcée à Paris dans l'affaire de l'arbitrage controversé qui lui avait octroyé 403 millions d'euros en 2008.

"C'est bien la preuve qu'il faut toujours, toujours, se battre jusqu'au bout", a ajouté l'homme d'affaires, cité par le quotidien dont il est l'actionnaire majoritaire.

Un peu plus tôt, l'avocat de Bernard Tapie, Hervé Temime, avait fait part de son "immense satisfaction" à l'énoncé du jugement.

Stéphane Richard également relaxé

Le tribunal correctionnel de Paris a aussi relaxé le PDG d'Orange Stéphane Richard, qui était jugé pour "complicité d'escroquerie" dans l'affaire de l'arbitrage controversé qui avait accordé à Bernard Tapie plus de 400 millions d'euros en 2008.

Une condamnation de Stéphane Richard, 57 ans, aurait compromis son avenir à la tête de l'opérateur de télécom. Le parquet avait requis à son encontre trois ans de prison dont 18 mois ferme, 100.000 euros d'amende et une interdiction de toute fonction publique pendant cinq ans.

Quatre autres prévenus ont également été relaxés dans cette affaire.

  - Visactu
© Visactu -