Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Affaire du quartier Saragosse à Pau : un troisième mineur mis en examen pour meurtre

vendredi 1 juin 2018 à 17:54 Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn

La juge d'instruction a mis en examen ce vendredi un troisième jeune qui vit dans le quartier Saragosse à Pau. Comme les deux premiers, il a été mis en examen pour meurtre et écroué.

Bely Nébié a été battu à mort dans le parc du quartier Saragosse
Bely Nébié a été battu à mort dans le parc du quartier Saragosse © Radio France - Najat Essadouki

Pau, France

Un troisième mineur a été mis en examen pour meurtre dans l'affaire de Saragosse. Il y a deux semaines, le vendredi 18 mai, Béli Nébié, 32 ans, a été battu à mort sur la plaine des sports du quartier Saragosse à Pau, tout près de la caserne des pompiers. Ce mercredi, un jeune du quartier a été interpellé. Ce vendredi matin, il a été présenté à la juge d'instruction chargée de l’enquête qui lui a signifier sa mise en examen pour meurtre. Il a été placé en détention provisoire par le juge des libertés et de la détention.

Son 18 ème anniversaire en prison

Ce jeune homme était mineur au moment des faits. Il est donc considéré comme tel dans la procédure. En revanche, il aura 18 ans ce samedi. C'est un jeune du quartier Saragosse, connu des services de police mais sans grand vécu judiciaire. Durant sa garde à vue, et devant la juge d'instruction tout à l'heure, il a reconnu qu'il était présent, et qu'il a participé aux violences, mais de manière minime. Il affirme que les coups qu'il a donnés n'ont pas pu entraîner la mort de Béli Nébié. 

Pas de mobile "communautaire"

Ce jeune est français, comme les deux autres mis en examen. Mais il n'est pas originaire d'Europe Centrale comme les deux autres. Ce qui conforte les enquêteurs et le parquet dans l'idée qu'il ne s'agit pas d'un crime raciste ou communautaire. On l'a dit, ce troisième mineur impliqué a 17 ans. Les deux autres mineurs écroués dans cette affaire ont 16 et 17 ans. Pour le moment, l'instruction n'a pas incriminé de très jeunes mineurs de 12 ou 13 ans. Mais il reste encore d'autre jeunes à identifier, parmi ceux qui ont été les plus violents ce soir là.