Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : L'affaire Xavier Dupont de Ligonnès

Affaire Dupont de Ligonnès : doute sur l'identité de l'homme arrêté à Glasgow, qui nie être le suspect

- Mis à jour le -
Par , France Bleu, France Bleu Loire Océan

Après l'arrestation vendredi soir à Glasgow d'un homme présenté comme étant Xavier Dupont de Ligonnès, des doutes sérieux pèsent sur l'identité du suspect. Des vérifications ADN doivent avoir lieu.

 La maison où la famille de Xavier Dupont de Ligonnès a été retrouvée morte en 2011.
La maison où la famille de Xavier Dupont de Ligonnès a été retrouvée morte en 2011. © AFP - SEBASTIEN SALOM-GOMIS

Après l'emballement de vendredi soir, le doute s'installe dans l'affaire Dupont de Ligonnès. Une source proche de l'enquête déclare ce samedi matin que des interrogations planent sur l'identité de l'homme arrêté à Glasgow. Pour être sûr à 100%, il faut donc attendre le résultat des tests ADN qui devraient être dévoilés aujourd'hui, sans que l'on sache exactement quand, indique franceinfo.

Selon les informations de France Télévisions, l'homme actuellement en garde à vue en Ecosse, après son interpellation à l'aéroport de Glasgow, s'exprime peu face aux enquêteurs. Il nie être Xavier Dupont de Ligonnès.

Les empreintes digitales insuffisantes

Vendredi, la police écossaise affirmait avoir bien arrêté Xavier Dupont de Ligonnès, cet homme soupçonné d'avoir tué sa femme et ses quatre enfants en 2011 à Nantes, en fuite depuis huit ans. Elle s'appuyait sur les empreintes digitales de l'individu arrêté à sa sortie d'un vol Roissy-Glasgow. Ce samedi, BFMTV révèle que ces empreintes ne correspondent que très partiellement à celles du quinquagénaire nantais : cinq points seulement seraient conformes, sur treize.

En outre, les empreintes digitales relevées lors de la perquisition au domicile du suspect, à Limay dans les Yvelines ne correspondent pas à celles de Xavier Dupont de Ligonnès, confirme franceinfo.  

Les enquêteurs français doivent arriver à Glasgow pour réaliser des analyses ADN qui permettront de lever le doute sur l'identité de l'homme arrêté en Ecosse. 

Comment ce suspect a-t-il été arrêté ? 

Ce sont des échanges d'informations entre les policiers français et écossais, sur la base d'une "dénonciation anonyme", qui ont permis l'arrestation d'un homme, indiquait vendredi soir à l'AFP une source proche de l'enquête. La police française n'ayant pu arrêter le suspect à l'aéroport de Roissy, elle a prévenu la police écossaise qui a procédé à l'interpellation à l'arrivée du vol à Glasgow.

Dans la soirée de vendredi, des perquisitions ont été lancées dans un pavillon de Limay dans les Yvelines, là où habite l'homme arrêté en Ecosse. Cette opération de police a suscité la stupeur et l'étonnement chez les voisins de cet individu. Un de ses proches, qui affirme le connaître depuis 1989, a alerté sur "une monumentale connerie". Selon des riverains interrogés par l'AFP, la maison appartient à un septuagénaire d'origine portugaise, marié depuis quelques années à une Ecossaise.

Le parquet de Nantes appelle à la prudence

C'est à Nantes, où se sont déroulés les faits en 2011 que l'enquête sur le meurtre d'Agnès Dupont de Ligonnès et de ses quatre enfants est instruite. Pierre Sennès, le procureur de la République de Nantes, qui appelait vendredi soir, à la "prudence", indique ce samedi que "des vérifications sur l'identification" de l'homme, signalé comme pouvant être Xavier Dupont de Ligonnès, sont en cours, "le juge d'instruction attend le résultat de cette démarche".

Depuis le 15 avril 2011, dernière date à laquelle Xavier Dupont de Ligonnès a été vu, par un témoin, dans le Var, et depuis la découverte des corps de son épouse et de ses enfants à Nantes, six jours plus tard, les fausses pistes ont été légion. Des milliers de signalements sont parvenus aux enquêteurs. 

En avril 2015, des ossements ont été analysés, en juillet 2015, un courrier signé "Xavier Dupont de Ligonnès" est parvenu au bureau de l'AFP à Nantes, en 2018, les enquêteurs ont fouillé un monastère de Roquebrune-sur-Argens. A chaque fois, sans résultat.

Choix de la station

France Bleu