Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice
Dossier : L'affaire Élodie Kulik

Affaire Élodie Kulik : Willy Bardon "toujours en réanimation" mais son "état est stabilisé"

Hospitalisé dans un état grave vendredi soir après avoir avalé "un produit" à l'annonce de sa condamnation à 30 ans de prison dans l'affaire Kulik, Willy Bardon est "toujours en réanimation" mais son état est "stabilisé" selon le procureur de la République d'Amiens.

Willy Bardon a été condamné ce vendredi à 30 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de la Somme pour enlèvement, viol, séquestration suivis de mort d'Elodie Kulik.
Willy Bardon a été condamné ce vendredi à 30 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de la Somme pour enlèvement, viol, séquestration suivis de mort d'Elodie Kulik. © Radio France - Margaux Stive

Amiens, France

Willy Bardon est "toujours en réanimation" mais "son état est stabilisé" annonce le procureur de la République d'Amiens ce samedi 7 décembre 2019. Après deux semaines de procès, Willy Bardon a été condamné ce vendredi à 30 ans de réclusion criminelle par les assises de la Somme. Les jurés l'ont reconnu coupable de l'enlèvement, de la séquestration et du viol d'Elodie Kulik en 2002 mais pas du meurtre de la jeune femme de 24 ans. La condamnation n'est pas assortie d'une peine de sûreté. 

À l'énoncé du verdict, Willy Bardon a avalé quelque chose. Selon les premières analyses, et d'après les proches contactés cette nuit,  il s'agirait "d'un pesticide et non de mort aux rats". 

"On ne sait pas comment il a pu cacher ça" alors qu'il avait "été fouillé" affirmait vendredi Alexandre de Bosschère, le procureur, précisant qu'un proche de Willy Bardon avait "dit qu'il attenterait à ses jours s'il était condamné". Une enquête a été ouverte par le parquet d'Amiens pour déterminer les circonstances des faits. En attendant d'en savoir plus, Willy Bardon reste sous escorte policière constante au centre hospitalier, précise le parquet. 

A l'énoncé du verdict, les avocats de Willy Bardon ont indiqué qu'ils feraient appel et demanderaient que le dossier soit traité en dehors de la Picardie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu