Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Affaire Epstein : le parquet de Paris ouvre une enquête pour "viols" et "agressions sexuelles"

-
Par , France Bleu

Dans l'affaire Epstein, le parquet de Paris a ouvert ce vendredi une enquête préliminaire pour "viols", "viols sur mineurs de plus de 15 ans", "viols sur mineurs de 15 ans" et "agressions sexuelles".

Jeffrey Epstein possédait une résidence à Paris.
Jeffrey Epstein possédait une résidence à Paris. © AFP - HO / Palm Beach County Sheriff's Department

Dans l'affaire Epstein, ce millionnaire américain impliqué aux États-Unis dans un scandale de trafic sexuel, le parquet de Paris a annoncé ce vendredi avoir ouvert une enquête préliminaire pour "viols", "viols sur mineurs de plus de 15 ans", "viols sur mineurs de 15 ans", "agressions sexuelles", "agressions sexuelles sur mineur de 15 ans" et "association de malfaiteurs en vue de commettre des crimes" et "associations de malfaiteurs en vue de commettre des délits puni d'au moins 5 ans d'emprisonnement", indique le parquet de Paris dans un communiqué. 

Des victimes présumées en France ? 

Le procureur Rémy Heitz a déclaré que "Les investigations, confiées à l'Office central de répression des violences faites aux personnes, auront pour objet de mettre au jour d'éventuelles infractions commises non seulement sur le territoire national, mais aussi à l'étranger au préjudice de victimes françaises ou à l'encontre d'auteurs de nationalité française". 

Le communiqué précise que le parquet a pris cette décision après avoir procédé à des "vérifications et recoupements effectués sur la base des éléments" qui lui avaient été transmis et après avoir eu des "échanges" avec les autorités américaines compétentes.

L'une des victimes présumées a affirmé avoir voyagé à Paris en 2015 en tant "qu'esclave sexuelle". Le milliardaire possédait une résidence dans la capitale français.  Dans son témoignage datant de 2011, elle affirme que de très jeunes Française avaient été envoyées à Epstein comme "cadeau d'anniversaire". "Jeffrey se vantait qu'elles avaient 12 ans et qu'elles avaient été amenées de France parce qu'elles sont très pauvres et que leurs parents avaient besoin d'argent", indiquait cette plaignante dans une déposition.

Selon des médias anglo-saxons, la victime assurait que c'est le Français Jean-Luc Brunel, ancien proche d'Epstein, qui aurait envoyé ces jeunes filles. 

Une enquête réclamée  

L'ONG "Innocence en danger" avait écrit une lettre au procureur de la République de Paris affirmant qu'ils existait des victimes françaises de Jeffrey Epstein : "De source fiable, ″Innocence en Danger″ a eu confirmation récemment que plusieurs victimes du réseau prostitutionnel, créé par Jeffrey Epstein et ses complices, sont également de nationalité française", affirmait cette lettre. 

La secrétaire d'État à l'égalité femmes/hommes, Marlène Schiappa, et son homologue à la protection de l'enfance, Adrien Taquet avaient réclamé, le 12 août dernier, l'ouverture de cette enquête. 

Un scandale aux États-Unis

Outre-Atlantique, le financier était poursuivi pour trafic sexuel et pour pédophilie, il aurait organisé de 2002 à 2005 un réseau constitué de dizaines de jeunes filles avec lesquels il aurait eu des rapports sexuels contraints. Arrêté le 6 juillet à son retour d'un séjour à Paris, le millionnaire a été retrouvé mort dans sa cellule de prison à New-York le 10 août dernier. Selon l'autopsie Jeffrey Epstein est mort d'un "suicide par pendaison". 

Aux États-Unis, l'affaire a tourné au scandale, puisque les victimes mettent en cause plusieurs personnalités comme Donald Trump, Bill Clinton ou encore le Prince Adrew, fils de la reine Elizabeth II. 

  - Visactu
© Visactu
Choix de la station

France Bleu