Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : L'affaire Fiona

Affaire Fiona : y aura-t-il un quatrième procès ?

mardi 8 janvier 2019 à 17:24 - Mis à jour le mercredi 9 janvier 2019 à 6:43 Par Isabelle Gaudin, France Bleu Pays d'Auvergne et France Bleu

La Cour de cassation examine ce mercredi les pourvois de la mère de la petite Fiona, Cécile Bourgeon, et de son ex-compagnon Berkane Makhlouf contre leur condamnation en appel à 20 ans de réclusion par la cour d'assises de Haute-Loire. Suivant sa décision, il pourrait y avoir un quatrième procès.

Si la Cour de cassation casse le verdict de la cour d'assises, Cécile Bourgeon serait alors immédiatement libérée et il y aurait un quatrième procès dans l'affaire Fiona
Si la Cour de cassation casse le verdict de la cour d'assises, Cécile Bourgeon serait alors immédiatement libérée et il y aurait un quatrième procès dans l'affaire Fiona © Maxppp - Franck Boileau

Paris, France

Cécile Bourgeon va-t-elle bientôt sortir de prison ? C'est le scénario qui se profile si la Cour de cassation casse le verdict de la cour d'assises de la Haute-Loire, rendu en février 2018. La mère de la petite Fiona et son ex-compagnon, Berkane Makhlouf, ont été condamnés à 20 ans de réclusion criminelle pour la mort de la fillette. Leurs avocats ont déposé des pourvois en cassation qui sont examinés ce mercredi 9 janvier. Ils espèrent la tenue d'un quatrième procès. La décision devrait être rendue à la fin du mois. Si la Cour va dans leur sens, Cécile Bourgeon serait alors immédiatement libérée, car elle a effectué les cinq ans de prison prononcés en première instance à Riom. 

Des irrégularités pointées 

Du côté de la défense de Cécile Bourgeon, Maître Renaud Portejoie avait estimé au sortir du troisième procès au Puy-en-Velay que sa cliente avait été "mise à mort" par les avocats des parties civiles et le président pendant les  débats. Elle avait d’ailleurs refusé de se présenter dans le box pendant deux jours. Me Portejoie avait par ailleurs évoqué à l'énoncé du verdict de "graves événements". L'avocat de Cécile Bourgeon faisait référence à l'épisode de l'apéritif du président de la cour, Étienne Fradin, qui avait été vu en compagnie de certains avocats des parties civiles dans un hôtel du Puy-en-Velay. Cette histoire avait conduit les avocats de Cécile Bourgeon à demander un nouveau renvoi, une demande qui avait été rejetée.  

L'avocat de Berkane Makhlouf fait état lui aussi d'irrégularités de forme. Il estime que le verdict n'est pas assez étayé. En février dernier, Me Khanifar regrettait que la cour d'assises n'ait pas fait de différence entre son client et la mère de Fiona : "Elle doit savoir où le corps est enfoui, c'est en tout le cas le sentiment de mon client". 

Cécile Bourgeon pourrait bientôt sortir de prison 

La Cour de cassation ne se prononce pas sur le fond de l'affaire, mais juge la forme, et décide si la justice a été bien ou mal rendue. Si elle considère qu’il y a eu des dysfonctionnements, elle peut casser le verdict rendu en appel. Elle renvoie alors l’affaire devant une cour d’assises d'appel qui ne sera pas celle de la Haute-Loire et pourrait alors ordonner un quatrième et dernier procès. A l'issue de l'audience de ce mercredi, la Cour de cassation devrait mettre sa décision en délibéré, sous quinzaine. Si elle décide de casser la condamnation de Cécile Bourgeon, celle-ci sortira immédiatement de prison dans l'attente d'un nouveau procès. Elle comparaîtrait donc libre à cette nouvelle audience.

Si la Cour de cassation considère que la décision a été rendue à la suite d’une application correcte de la loi, la peine de Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf sera définitive.

Le 12 mai 2013, Cécile Bourgeon signalait la disparition de sa petite fille de cinq ans dans le parc Montjuzet à Clermont. Elle avouera plus tard que Fiona était morte à leur domicile et qu'ils avaient caché sa mort avec Berkane Makhlouf. Le corps de l'enfant n'a jamais été retrouvé.

→ Notre dossier sur l'affaire Fiona