Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : L'affaire Fiona

Affaire Fiona : 30 ans de prison requis contre Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Pays d'Auvergne, France Bleu

L'avocat général a requis ce mardi 30 ans de réclusion à l'encontre de Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf qui comparaissent pour "coups mortels aggravés" après la mort de la petite Fiona en mai 2013 à Clermont-Ferrand. "Il importe de mettre fin à cette sordide mascarade" a déclaré l'avocat général.

Le quatrième procès de l'affaire Fiona se tient jusqu'à ce mercredi 16 décembre devant la cour d'assises du Rhône.
Le quatrième procès de l'affaire Fiona se tient jusqu'à ce mercredi 16 décembre devant la cour d'assises du Rhône. © Maxppp - Maxime Jegat

Après deux semaines de débat devant la cour d'assises du Rhône, l'avocat général a donc requis une peine de 30 années de réclusion contre Cécile Bourgeon et son ancien compagnon Berkane Makhlouf. Pour l'avocat général, il ne fait aucun doute que la mère de la petite Fiona a participé elle aussi aux violences qui ont entraîné la mort de la petite fille en mai 2013 à Clermont-Ferrand. Il s'agit du même réquisitoire que lors des procès en première instance et en appel.

Le représentant du ministère public est convaincu que Berkane Maklhouf est l'auteur, Cécile Bourgeon la complice

"Il importe de mettre fin à cette sordide mascarade. J'ai l'honneur de requérir 30 ans de réclusion à l'endroit des accusés, peine de sûreté pour Berkane Makhlouf des deux-tiers, suivi socio-judiciaire pour les deux" a déclaré l'avocat général au terme d'un réquisitoire de plus d'une heure. Pour Joël Sollier, "dans cette histoire, tout a été fait dans la solidarité par ce couple. On voit bien Cécile Bourgeon comme complice du crime mais pas comme co-auteure du crime. Elle a été complice de Berkane Makhlouf"

Le corps de Fiona n'a jamais été retrouvé et les témoignages comme les interrogatoires des deux accusés ces derniers jours aux Assises n'ont pas vraiment permis d'en savoir plus. 

Cinq ans maximum pour ma cliente - Me Portejoie, avocat de C. Bourgeon

Dans sa plaidoirie, l'avocat de Cécile Bourgeon s'est emporté ce mardi après-midi contre le réquisitoire. Maître Renaud Portejoie insiste sur le fait qu'il n'y a pas d'éléments matériels contre Cécile Bourgeon, "mais il faut trouver quelque chose alors on sort la complicité aujourd'hui". Il a demandé l'acquittement. "Vous l'acquitterez et vous la condamnerez sur le terrain de la non-assistance à personne en danger" avec cinq années de prison maximum.

Et si Berkane Makhlouf ne savait pas où est le corps? Me Luciani, avocat de B. Makhlouf

Berkane Maklhouf est lui défendu par Jean-Félix Luciani, du barreau de Lyon, qui remplace depuis quelques semaines Maître Mohamed Khanifar. Il a rappelé dans sa plaidoirie que l'accusation sur Berkane Makhlouf repose sur les propos de Cécile Bourgeon. "Jusqu’où lui faire payer le prix du mensonge ? Et si il ne savait vraiment pas où était le corps ?" a-t-il déclaré. "Je vous demande de l'acquitter des coups mortels, pour que cet homme retrouve sa part d'humanité, rendre justice à cet homme". Des mots qui bouclent cette onzième journée d'audience devant la cour d'assises du Rhône. Le verdict est attendu ce mercredi après-midi.

Depuis 2013, la mère et l'ex beau-père de Fiona ont comparu à trois reprises devant une cour d'assises, le dernier procès en février 2018 ayant mené à leur condamnation à 20 ans de réclusion, un verdict cassé depuis par la Cour de cassation.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess