Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Affaire Frédérique Espagnac : pas de harcèlement moral selon le Conseil des prud'hommes

Par

Dans l'affaire entre la sénatrice Frédérique Espagnac et son ancienne assistante parlementaire, Véronique Robert, les prud'hommes de Paris ont tranché. La qualification de "harcèlement moral" a été rejetée, mais l'élue va devoir verser près de 26 000 euros à la plaignante.

Frédérique Espagnac, sénatrice des Pyrénées-Atlantiques, n'a pas été condamnée pour "harcèlement moral". Frédérique Espagnac, sénatrice des Pyrénées-Atlantiques, n'a pas été condamnée pour "harcèlement moral".
Frédérique Espagnac, sénatrice des Pyrénées-Atlantiques, n'a pas été condamnée pour "harcèlement moral". © Maxppp - Christophe Morin

Le Conseil des prud'hommes de Paris a rendu son jugement dans l'affaire qui oppose la sénatrice des Pyrénées-Atlantiques Frédérique Espagnac à son ancienne attachée parlementaire, Véronique Robert. Cette dernière avait porté plainte pour harcèlement moral envers sa supérieure. Mais les prud'hommes n'ont pas retenu cette qualification. Ils accordent néanmoins à la plaignante la résiliation judiciaire de son contrat de travail avec des indemnités. Entre les dommages et intérêts, les indemnités de licenciements, les congés payés, Frédérique Espagnac va devoir verser environ 26 000 euros à la plaignante. 

Publicité
Logo France Bleu

La collaboratrice placée en arrêt maladie

L'affaire remonte à juin 2019 quand Véronique Robert dépose plainte contre Frédérique Espagnac pour harcèlement moral. Depuis 2016, elle travaille pour la sénatrice en tant qu'assistante parlementaire. Et elle affirme notamment que la sénatrice communique exclusivement par SMS, quasiment jamais au téléphone, et que les rencontres physiques sont aussi extrêmement rares. Elle lui donnerait aussi des consignes floues. Et quand son assistante lui demande des précisions, Frédérique Espagnac se mettrait dans des colères noires. 

La plaignante rapporte que la sénatrice l'aurait qualifiée d'incompétente et elle lui aurait dit que ce serait mieux qu'elle parte. Véronique Robert explique aussi que la sénatrice l'obligerait à faire le ménage des locaux, mais aussi à acheter des produits qu'elle ne lui rembourse pas. Elle aurait même dû en plein hiver, travailler sans chauffage. La collaboratrice a fini par être placée en arrêt maladie.

Frédéric Espagnac a toujours nié

De son côté, la sénatrice Frédéric Espagnac a toujours rejeté en bloc ces accusations. Elle s'était même dite "sous le choc" au moment de la plainte. Le Conseil des prud'hommes a donc tranché ce mardi, pas de "harcèlement moral", mais près de 26 000 euros à verser à Véronique Robert. Un montant qui sera affiner dans les prochaines semaines. Pour le moment ni Frédérique Espagnac, ni Véronique Robert n'a souhaité réagir à cette décision. 

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu