Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : L'affaire du petit Grégory

Affaire Grégory : l’avocat de Marcel Jacob a trouvé la preuve qui disculperait son client

mercredi 4 octobre 2017 à 19:57 Par Mohand Chibani, France Bleu Bourgogne, France Bleu Sud Lorraine et France Bleu

L’avocat de Marcel Jacob, mis en examen pour enlèvement et séquestration suivie de mort affirme avoir retrouvé une note qui prouve que le grand-oncle du petit Grégory Villemin était sur son lieu de travail le jour des faits.

Stéphane Giuranna, avocat de Marcel Jacob
Stéphane Giuranna, avocat de Marcel Jacob © Maxppp - Maxppp

Nancy, France

Pour Stéphane Giuranna, l'avocat de Marcel Jacob, l'accusation ne tient plus contre Marcel Jacob, grand-oncle du petit Grégory, mis en examen en juin pour enlèvement et séquestration suivis de mort. Dans ce dossier très épais de l'affaire Grégory, il a retrouvé une pièce qui prouverait que Marcel Jacob était bel et bien à l'usine Walter Seitz à Aumontzey (Vosges) jusqu'à 21 heures le 16 octobre 1984.

"Vérifié auprès de son employeur"

Cette pièce, c'est un tableau récapitulatif des emplois du temps des suspects de l'affaire à l'époque. Dans ce tableau réalisé par les enquêteurs, on lit dans la colonne où figure le nom de marcel Jacob, "vérifié auprès de son employeur", ce qui signifie que les premiers gendarmes chargés de l’enquête avaient procédé aux vérifications des alibis de chacun.

Les époux Jacob participaient à une réunion syndicale le jour des faits

L'avocat précise également qu'un procès-verbal saisi par les gendarmes lors de la perquisition au domicile du couple en juin dernier révèle que Marcel Jacob et son épouse participaient à une réunion syndicale à l'usine le jour des faits.

Voilà donc l'alibi qui enterre le dossier ? Pas si sûr, les gendarmes de la section de recherche de Dijon pensent que cet emploi du temps est incertain. Ils s'appuient sur les déclarations du responsable du personnel de l'usine qui affirmait à l'époque que les ouvriers pouvaient s'absenter parfois de l'entreprise, sans que personne ne le sache.