Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : L'affaire du petit Grégory

Affaire Grégory : la validité de la garde à vue de Murielle Bolle examinée ce mercredi

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Sud Lorraine, France Bleu Lorraine Nord, France Bleu

Vers un nouveau rebondissement dans l'affaire du petit Grégory ? Ce mercredi, la cour d'appel de Paris doit se pencher sur la validité de la garde à vue de Murielle Bolle en 1984. Si cette garde à vue est annulée, l'enquête sera fragilisée.

Au moment de sa garde à vue en 1984, Murielle Bolle avait 15 ans.
Au moment de sa garde à vue en 1984, Murielle Bolle avait 15 ans. © Maxppp - Patrick Brument / Est Républicain

C'est un nouvel épisode judiciaire dans l'affaire Grégory qui s'annonce. Ce mercredi 18 décembre, la cour d'appel de Paris examine la validité de la garde à vue de Murielle Bolle en 1984. Après la découverte du corps de l'enfant dans la Vologne, en 1984,  elle avait accusé son beau-frère Bernard Laroche. Si la garde à vue de Murielle Bolle est annulée, les conséquences sur l'enquête seront importantes.

LIRE NOTRE DOSSIER - L'affaire du petit Grégory

Au cœur des débats : la garde à vue de 1984

Après la découverte du corps de Grégory dans la Vologne en 1984, Murielle Bolle avait été placée en garde à vue. Elle avait 15 ans. Lors de son interrogatoire, elle avait accusé son beau-frère Bernard Laroche d'avoir kidnappé le petit garçon, avant de se rétracter. Selon elle, son témoignage avait été recueilli sous la contrainte des gendarmes. Depuis, Murielle Bolle n'a cessé de clamer l'innocence de Bernard Laroche. 

En septembre 2018, la Vosgienne obtient la saisine de la Cour de cassation, laquelle a reconnu le 19 févier dernier que la garde à vue était, en effet, inconstitutionnelle. Le dossier a alors été renvoyé devant la Cour d'appel de Paris.

Une enquête fragilisée ?

En cas d'annulation de la garde à vue de Murielle Bolle, c'est tout un pan de l'enquête qui s'effondre. Plusieurs actes de procédures pourraient ainsi être invalidés. 

Le débat de ce mercredi doit se tenir à huis clos devant la chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Paris. 

La décision devrait être mise en délibéré.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess