Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : L'affaire du petit Grégory

Affaire Grégory : pour son ancien greffier au tribunal d'Epinal, le juge Lambert "a pu servir de bouc émissaire"

mercredi 12 juillet 2017 à 8:49 - Mis à jour le mercredi 12 juillet 2017 à 14:01 Par Thomas Schonheere, France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Sud Lorraine et France Bleu

Jean-Michel Lambert, le "petit juge" de l'affaire Grégory, a été retrouvé mort mardi 11 juillet à son domicile, dans la Sarthe. L'un de ses anciens greffiers à Épinal est "effondré" par cette disparition. Selon lui, le juge Lambert a servi de "bouc émissaire" dans cette enquête hors norme.

Le juge Lambert pendant l'enquête sur l'assassinat de Grégory Villemin.
Le juge Lambert pendant l'enquête sur l'assassinat de Grégory Villemin. © Maxppp - Archives Le Républicain lorrain

Épinal, France

Le corps du juge Jean-Michel Lambert a été retrouvé au soir du mardi 11 juillet, chez lui, au Mans. Il avait un sac plastique sur la tête et les enquêteurs soupçonnent un suicide. "Je suis effondré", confie à France Bleu Jean-Jacques Cuna, un ancien greffier du tribunal d'Épinal qui a travaillé avec lui. Cette mort intervient alors que l’affaire Grégory, dont il a été le premier juge d'instruction, est relancée par de nouvelles interpellations et des mises en examen.

"Depuis 1984, il y a une pression énorme"

"C'est très inattendu, encore que je l'ai senti plusieurs fois assez déprimé, explique Jean-Jacques Cuna, qui est resté proche de Jean-Michel Lambert après leur collaboration à Épinal. Je ne pense pas que le fait que l'affaire reparte puisse expliquer son geste. Mais il a peut-être senti qu'on allait à nouveau parler de lui, l'interviewer, l'assaillir, etc. Enfin, je pense à tout ça. Depuis 1984, il y a une pression énorme."

La manière dont Jean-Michel Lambert a dirigé l’enquête pendant deux ans sur la mort du petit Grégory Villemin lui a été lourdement reprochée. Le 5 novembre 1984, notamment, il inculpe Bernard Laroche, sur la foi, entre autres, du témoignage de sa belle-sœur Murielle Bolle. Il laisse l’adolescente de 15 ans rentrer chez elle et deux jours plus tard, elle se rétracte. Bernard Laroche sera ensuite abattu par Jean-Marie Villemin, le père de Grégory.

Au fil du temps, les autres acteurs de justice ne l'ont pas trop soutenu non plus, il avait quand même une hiérarchie." - Jean-Jacques Cuna

"Ce n'est pas d'aujourd'hui que l'on remet en cause la manière dont il a géré l'enquête, rappelle Jean-Jacques Cuna. De ce que j'en sais, il n'était pas seul : il y avait les enquêteurs, les gendarmes puis le SRPJ [de Nancy]. Il ne faut pas tout lui incomber. Au fil du temps, les autres acteurs de justice ne l'ont pas trop soutenu non plus, il avait quand même une hiérarchie." Surnommé le "petit juge", Jean-Michel Lambert "a pu servir de bouc émissaire", conclut son ancien greffier.

Le témoignage de Jean-Jacques Cuna, ancien greffier à Épinal.