Faits divers – Justice DOSSIER : L'affaire du petit Grégory

Affaire Grégory : une demande de remise en liberté de Murielle Bolle déposée ce lundi 17 juillet 2017 à Dijon

Par Thomas Nougaillon, France Bleu Bourgogne, France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Sud Lorraine et France Bleu lundi 17 juillet 2017 à 17:43

Murielle Bolle
Murielle Bolle © Maxppp - Nc

La demande de remise en liberté de Murielle Bolle a été officiellement déposée ce lundi 17 juillet 2017 devant le greffet de la chambre de l’instruction à la cour d’appel de Dijon.

Les avocats de cette femme de 48 ans, belle sœur de Bernard Laroche, témoin clé de l'affaire Grégory, avaient reporté cette demande la semaine dernière. Reportée "par pudeur" après le suicide du juge Jean-Michel Lambert. Premier juge d'instruction à enquêter sur l'affaire de la mort du petit Grégory Villemin en 1984 et dont le corps avait été retrouvé dans son appartement du Mans mardi soir. Murielle Bolle, mise en examen et écrouée le 29 juin dernier pour « enlèvement de mineur de 15 ans suivi de mort ", elle, est toujours incarcérée à titre conservatoire à la maison d'arrêt de Dijon. Elle attend une confrontation avec un cousin dont le témoignage récent a été déterminant dans sa mise en cause. Une confrontation prévue le 28 juillet prochain à Dijon.

Que va t-il se passer désormais ?

Maître Emilie Baudry du barreau de Dijon, associée de maître Ballorin, en charge des intérêts de Murielle Bolle nous en dit plus sur ce qui va se passer maintenant : "la Cour d'appel de Dijon a 20 jours pour statuer sur cette demande de mise en liberté, elle peut le faire à tout moment, à notre niveau nous pensons qu'elle ne se fera pas avant que la confrontation ait lieu. Après, nous ne sommes pas les acteurs de cette décision qui appartient à la Cour d'appel de Dijon." Dans quel état d'esprit aborde t-elle cette confrontation? "Combatif, le maître mot de Murielle Bolle aujourd'hui c'est de préparer sa défense avec ses avocats pour dire sa vérité" ajoute son avocate.

Où sera accueillie Murielle Bolle ?

Ne pouvant pas entrer en contact avec sa famille ou même se trouver dans le département des Vosges, où Murielle Bolle va t-elle être accueillie ? Une solution vient d'être trouvée selon Maître Emilie Baudry "la précision que je peux vous faire c'est que cet hébergement se fera dans le ressort de la Cour d'appel de Dijon et qu'il émane d'une personne qui est sans liens aucun avec le dossier que ce soit de près ou de loin".

Insultes et grève de la faim en prison

Murielle Bolle, avait entamé une grève de la faim au début de sa détention provisoire. Selon ses avocats, elle était la "cible d'insultes et de menaces de morts" de la part de ses codétenues de la maison d'arrêt de Dijon. Elle avait stoppé cette grève de la faim quelques jours plus tard avant d'être transférée dans une autre cellule. Grégory, 4 ans, avait été retrouvé mort dans la Vologne dans les Vosges le 16 octobre 1984.