Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Coronavirus : le confinement sera prolongé au-delà du 15 avril, Emmanuel Macron s’exprimera lundi soir

Affaire Griveaux : Piotr Pavlenski et sa compagne Alexandra de Taddeo présentés à la justice

- Mis à jour le -
Par , France Bleu, France Bleu Paris

Piotr Pavlenski et sa compagne Alexandra de Taddeo ont été déférés au parquet, à l'issue de leur garde à vue ce lundi après-midi, a appris franceinfo auprès du parquet de Paris. L'enquête va être confiée à un juge, puisqu'une information judiciaire sera ouverte demain, précise le parquet.

Piotr Pavlenski et son avocate Dominique Beyreuther Minkov en janvier 2020 (photo d'illustration).
Piotr Pavlenski et son avocate Dominique Beyreuther Minkov en janvier 2020 (photo d'illustration). © Maxppp - Aurelien Morissard

Piotr Pavlenski et sa compagne Alexandra de Taddeo étaient en garde à vue depuis samedi dans l'enquête sur la diffusion de vidéos intimes ayant poussé Benjamin Griveaux à retirer sa candidature à la mairie de Paris. Ils ont été déférés au parquet, à l'issue de leur garde à vue ce lundi après-midi, a appris franceinfo auprès du parquet de Paris. L'enquête va être confiée à un juge, puisqu'une information judiciaire sera ouverte demain, précise le parquet.

Alexandra de Taddeo est soupçonnée d'être la destinataire des vidéos. Réfugié politique en France depuis 2017, Piotr Pavlenski a affirmé vendredi être à l'origine de la mise en ligne des vidéos intimes, assurant vouloir dénoncer l'"hypocrisie" de Benjamin Griveaux.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu