Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Affaire Harvey Weinstein : un an après, 7 femmes victimes de violences sur 10 affirment avoir parlé grâce à #Metoo

jeudi 4 octobre 2018 à 21:26 Par Viviane Le Guen, France Bleu

L'affaire Harvey Weinstein et le mouvement #Metoo ont encouragé près de 70% des femmes victimes de violences sexuelles ou sexistes à parler de leur expérience selon un sondage publié jeudi par la Fondation des femmes. L'ex-producteur hollywoodien est inculpé pour viol et agressions sexuelles.

Harvey Weinstein à son arrivée au tribunal, à New-York (Etats-Unis), en juin 2018.
Harvey Weinstein à son arrivée au tribunal, à New-York (Etats-Unis), en juin 2018. © Maxppp - JASON SZENES

Le 5 octobre 2017 éclatait l'affaire Weinstein. Plusieurs actrices - dont Angelina Jolie, Gwyneth Paltrow, Emma de Caunes ou encore Judith Godrèche - accusaient le magnat hollywoodien d'agressions sexuelles ou de viol dans la presse. Une centaine de femmes au total ont dénoncé le comportement du producteur déchu de 66 ans et des enquêtes criminelles ont été ouvertes contre lui à New York, Los Angeles et Londres.

Son nom est aujourd'hui associé au mouvement "#Metoo". Une campagne qui a libéré la parole selon les associations et les forces de l'ordre. 

Une prise de parole "positive" pour 91% des sondées

Dans un sondage * réalisé pour la Fondation des femmes et le magazine Femme actuelle et publié jeudi, sept femmes sur dix (71%) victimes de violences sexuelles ou sexistes affirment que l'affaire les a encouragé à témoigner. Parmi elles, l'écrasante majorité, 95%, dit avoir parlé des violences subies avec son entourage (proches, famille, collègues) et plus de neuf sur dix (91%) ont jugé cette prise de parole "positive".

Près d'une sur deux (47%) a en outre témoigné de ces faits sur les réseaux sociaux et 16% sont entrées en contact avec des associations d'aide et de soutien aux victimes de violences.

Le nombre de plaintes en hausse de 23 % au 1er semestre

Selon le ministère de l'Intérieur, le nombre de plaintes déposées pour violences sexuelles au premier semestre 2018 a augmenté de 23%. Mais d'après cette enquête, beaucoup de victimes redoutent toujours de dénoncer les violences qu'elles subissent. Seule une sur dix a contacté les services de police ou de gendarmerie. Et 55% ont jugé l'expérience "insatisfaisante". 8% des femmes victimes disent avoir contacté un avocat ou une avocate. 

En matière d'indice de confiance dans les institutions, 72% des sondées déclarent avoir "peu" ou "pas confiance" dans la police et la gendarmerie, et 74% ont "peu" ou "pas confiance" dans la justice.

Mieux former les forces de l'ordre

Parmi les "priorités d'action" pour améliorer la prise en charge des femmes victimes de violences figurent : une meilleure formation des forces de l'ordre (78%), une plus grande sensibilisation de la population face aux témoignages de victimes (76%) et enfin une prise en charge psychologique de qualité, systématique et gratuite (74%).

Pour lutter contre les violences sexistes, sexuelles et conjugales le gouvernement a annoncé le 1er octobre une série de mesures. Quatre millions d’euros ont été investi dans une campagne télévisée lancée cette semaine. L'exécutif prévoit aussi le lancement en octobre d’une plate-forme de signalement en ligne des violences sexistes et sexuelles pour "faciliter les plaintes".

* Etude réalisée via un questionnaire en ligne auquel ont répondu 1.169 femmes victimes de violences, au mois de septembre 2018.