Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Affaire Kalinka Bamberski : le toulousain André Bamberski réagit à la libération du meurtrier de sa fille

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Occitanie, France Bleu

Le médecin allemand Dieter Krombach, condamné pour le meurtre de sa belle-fille Kalinka Bamberski en 1982, vient d'être remis en liberté pour raison médicale. Le père de la victime, André Bamberski, qui vit à Toulouse, avait fait enlever le meurtrier pour le livrer à la justice française.

Le père de la victime, André Bamberski, vit dans la banlieue de Toulouse
Le père de la victime, André Bamberski, vit dans la banlieue de Toulouse © Maxppp - Darek Szuster

Le cardiologue allemand Dieter Krombach a quitté ce matin la prison de Melun, en Seine-et-Marne. Il avait été condamné en 2011 à 15 ans de réclusion criminelle pour violences volontaires aggravées ayant entraîné la mort de Kalinka Bamberski alors âgée de 14 ans. Des faits qui se sont déroulés en Allemagne en 1982. Le père de la victime, André Bamberski, qui vit dans la banlieue toulousaine, avait orchestré l'enlèvement de Dieter Krombach pour le livrer à la justice française en 2009, plus de vingt ans après l'abandon des poursuites de la justice allemande. Aujourd'hui, le toulousain estime que sa mise en liberté est "foncièrement illégale" et "infondée".

La fin d'un feuilleton judiciaire de 40 ans

L'affaire remonte à 40 ans. Le 10 juillet 1982, Kalinka Bamberski, 14 ans, était retrouvée morte en Bavière en Allemagne, au bord du lac Constance. Elle y passait ses vacances. Quatre mois après son décès, André Bamberski, le père, lit le rapport d'autopsie. Il est persuadé que Dieter Krombach l'a tuée pour cacher son crime sexuel. Le cardiologue s'était défendu lors de son procès en appel : il admet avoir administré à la jeune fille un somnifère qui aurait pu provoquer son décès. La justice allemande abandonne les poursuites contre lui. Jusqu'en 2009, année pendant laquelle l'affaire prend un nouveau tournant. 

"Il aurait dû être condamné à au moins 30 ans" 

Cette année-là, le médecin allemand est retrouvé ligoté et bâillonné sur un trottoir de Mulhouse dans le Haut-Rhin. L'enlèvement a été planifié par André Bamberski, qui a engagé deux hommes de main kosovar et géorgien. Dieter Krombach est ainsi livré à la justice française, puis condamné par contumace à 15 ans de prison. Pour cet enlèvement, le toulousain André Bamberski a écopé en 2014 à Mulhouse d'un an de prison avec sursis. 

Depuis Toulouse, le père s'indigne de sa mise en liberté. "C'est ahurissant. Il a fait 10 ans et 4 mois de prison, c'est très peu, c'est quand même abominable. Pour moi il aurait dû être condamné à au moins 30 ans pour le meurtre aggravé et l'empoisonnement pour lesquels il a comparu aux assises". Didier Krombach réclamait sa libération pour raison médicale depuis cinq ans. En 2016, une expertise avait montré qu'il souffrait de pathologies neurologiques et cardiaques. Les experts ont conclu que son état de santé est incompatible avec une détention ordinaire. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu